Une start-up technologique locale acceptée dans le prestigieux accélérateur West Coast

Les fondateurs de Bytemap, à partir de la gauche, Luke Sapan, responsable technique, Liz Young, responsable analytique, Gokhan Cakmakci, responsable analytique, Rachel French, responsable du développement commercial et Adam Moody, directeur général. | Gracieuseté de Bytemap

Une start-up technologique locale appelée Bytemap a été acceptée dans le cadre d'un programme prestigieux d'accélérateurs sur la côte ouest, qui offre une formation, des possibilités de mise en réseau et, éventuellement, un accès à des quantités importantes de capitaux.

Bytemap était l’une des 60 entreprises choisies parmi des centaines de candidats à Université fondatrice, un programme de trois jours qui fait partie de LAUNCH, une société d’investissement qui soutient les startups et les entrepreneurs par le biais d’événements, de podcasts, de recherches et de financements.

Bytemap, fondé en novembre par cinq anciens employés de l'entreprise basée à Louisville Rowdmap, a développé un logiciel qui permet aux entreprises, principalement du secteur des soins de santé, de trier et de stocker des données provenant de sources disparates et de les rendre facilement accessibles et compréhensibles.

Le logiciel permet aux dirigeants d’entreprise d’abandonner des tâches fastidieuses et fastidieuses – recherche, compilation, transfert, analyse, réconciliation des données – et de concentrer leurs ressources limitées sur les problèmes identifiés par les données.

Liz Young

Le logiciel, qui sera présenté cet été, crée «une source unique de vérité» pour les données, a déclaré Liz Young, cofondatrice de Bytemap et responsable du produit.

De nombreuses entreprises, en particulier dans le secteur de la santé, ont collecté des tonnes de données, des réclamations aux dossiers financiers et médicaux, mais les données sont souvent stockées sur divers ordinateurs situés à divers endroits et parfois même chez des tiers, tels que des sous-traitants. Les données peuvent également être stockées dans divers formats ou selon des conventions de dénomination différentes, de sorte que même si l'emplacement de l'information était connu, il serait difficile d'accéder à ces données et de leur donner un sens.

«C’est ce que nous essayons de résoudre», a déclaré Young.

La dispersion des données empêche les entreprises d’accéder à des informations et de les analyser, ce qui réduit leur efficacité et augmente leurs coûts. Cependant, une fois que le logiciel de Bytemap a récupéré, trié, stocké et présenté les données dans un format facilement accessible, les utilisateurs peuvent prendre des décisions plus facilement et en toute confiance pour améliorer leur activité.

Pour les dirigeants d’hôpitaux, par exemple, cela pourrait signifier de déterminer rapidement le type de conditions qui exposent le plus les patients à un risque de réadmission. Plutôt que de consacrer beaucoup de temps à la collecte et à l'analyse des données, les dirigeants d'hôpitaux peuvent déterminer les causes des réadmissions et les moyens de les réduire.

Selon M. Young, les entreprises effectuent généralement leurs opérations avec une efficacité et une efficience optimales, mais souvent, elles s'acquittent mal des tâches ne relevant pas de leurs compétences. Bytemap espère laisser les entreprises se concentrer sur leurs principaux atouts.

Young a ajouté que le logiciel de Bytemap réduirait également la complexité des processus, de sorte que les entreprises puissent réduire le nombre et l’expertise des personnes qui saisissent et conservent les données, ce qui réduit encore les coûts.

En outre, a déclaré Young, le logiciel de Bytemap est un logiciel «autodidacte», ce qui signifie qu’il comprendra et triera correctement les données nouvellement ajoutées et avertira les entreprises des divergences et des données potentiellement erronées. Si, par exemple, le système est habitué à obtenir un certain fichier à un certain moment avec certaines caractéristiques et un certain coût associé, il peut signaler les données entrantes qui ne sont pas conformes aux ensembles de données précédents.

Les cinq cofondateurs de Bytemap, dont deux vivent à Louisville et trois à Portland, dans l'Oregon, fournissent actuellement les services de données sans logiciel et sont rémunérés comme consultants par projet par quatre clients, dont un dans le Midwest et les autres en Nouvelle-Angleterre. Une fois le logiciel lancé, les clients paient un taux d'abonnement annuel. Bytemap est devenu rentable en janvier. La société espère ensuite cibler les secteurs des services financiers et de l’assurance.

Young a déclaré que l'invitation à participer à Founder University permettrait aux fondateurs de Bytemap de réseauter avec des entrepreneurs chevronnés et expérimentés, capables de partager leur expertise sur les lancements de produits, les moyens d'obtenir un financement et les défis quotidiens de l'entreprise, des questions relatives à la comptabilité et au droit. d'entrer correctement sur les marchés.

Pour les co-fondateurs de Bytemap, le bootcamp sera particulièrement utile dans le domaine du marketing. Young a déclaré que les fondateurs possédaient une grande expertise dans le développement de logiciels et la technologie, mais que, à l'approche du lancement du logiciel, ils pourraient avoir besoin d'aide pour mettre en œuvre leur stratégie de commercialisation.

La cofondatrice de Bytemap et responsable du développement commercial, Rachel French, représentera Bytemap lors du bootcamp de la Founder University début avril. Peu de temps après, certains membres du personnel de Bytemap seront à San Francisco pendant 12 semaines pour prendre contact avec des investisseurs.

Selon son site internet, LANCEMENT a investi dans plus de 150 startups, dont six, dont Uber, ont réalisé des évaluations dépassant le milliard de dollars. Il investit dans 40 startups par an, donnant des chèques allant de 25 000 à 1,5 million de dollars.