Une délégation d'affaires française rencontre le Premier ministre et s'intéresse vivement aux opportunités commerciales

🔊 Écoutez l'article

ISLAMABAD: Une dĂ©lĂ©gation du Mouvement des entreprises de France (MEDEF International) a rencontrĂ© lundi le Premier ministre Imran Khan et a montrĂ© un vif intĂ©rĂȘt pour l'investissement dans divers secteurs de l'Ă©conomie pakistanaise, notamment les secteurs de la fabrication, de l'agriculture et de l'Ă©nergie.

Le Premier ministre a saluĂ© l'intĂ©rĂȘt du MEDEF, la plus grande association d'entrepreneurs français comptant 750 000 membres. Il a mis en exergue le potentiel d'investissement du Pakistan et les politiques du gouvernement favorables aux entreprises.

Le Premier ministre a informé la délégation du potentiel de l'agriculture, de l'industrie, des zones économiques spéciales (ZES) et du tourisme, notamment du tourisme de montagne, du tourisme religieux, des cÎtes et des plages et du tourisme religieux.

Il a également mis en exergue les mesures prises par le gouvernement pour réduire le coût des activités commerciales et améliorer la facilité des affaires dans le pays.

Lors d'une autre rĂ©union, le prĂ©sident Arif Alvi a dĂ©clarĂ© que le Pakistan souhaitait renforcer ses relations bilatĂ©rales avec la France et explorer de nouvelles possibilitĂ©s de coopĂ©ration dans les domaines du commerce et de l'investissement, dans l'intĂ©rĂȘt mutuel des deux pays.

Il s’est entretenu avec le prĂ©sident du Conseil des entreprises franco-pakistanais de MEDEF International et le prĂ©sident de Total Global Services, Thierry Pflimlin, Ă©galement chef de la dĂ©lĂ©gation, Ă  la Maison du PrĂ©sident.

M. Alvi a souligné que le Pakistan offrait diverses opportunités d'investissement aux investisseurs français, notamment dans les secteurs tels que l'industrie, le logement, le tourisme, les communications et les infrastructures routiÚres. Les investisseurs français pourraient bénéficier des politiques d'investissement libérales du Pakistan, a-t-il ajouté.

Le président a déclaré que le Pakistan suivait une politique d'investissement cohérente comportant plusieurs incitations lucratives, notamment le rapatriement complet du capital, des gains lucratifs, un taux de rendement élevé, des dividendes et des bénéfices.

En outre, a-t-il ajouté, les sociétés étrangÚres ont été autorisées à recourir à des mécanismes d'emprunt, auprÚs de banques locales et étrangÚres.

Mettant en exergue les domaines clés du corridor économique Pakistan-Chine (CPEC), a déclaré le président avec de vastes projets de portefeuille, comprenant des réseaux énergétiques, routiers et ferroviaires, le développement de logiciels et autres, le CPEC offre de précieuses opportunités aux entreprises françaises.

Il a déclaré à la délégation qu'actuellement sept zones économiques spéciales avaient été établies au Pakistan et que les entreprises françaises pouvaient y créer ou y installer leurs unités.

Il a également invité les entreprises françaises à former des joint-ventures avec des entreprises locales et étrangÚres pour faire partie de la chaßne de valeur mondiale.

M. Alvi a assuré que le gouvernement était déterminé à faciliter le secteur privé à chaque étape du cycle de leurs projets.

Le président a déclaré que, compte tenu du potentiel économique du Pakistan, la communauté internationale le considérait comme une destination trÚs attrayante pour les investissements.

Le président du Board of Investment (BoI), Haroon Sharif, et l'ambassadeur de France au Pakistan, March Barety, étaient également présents à cette occasion.