Un organisme de réglementation américain se joint au Canada pour infliger une amende à la société Blockchain Le PDG d'une infraction au Securities Act

Selon une plainte déposée le 14 mai, Alex Tapscott, entrepreneur en chaîne de télévision, a été condamné à une amende de 25 000 dollars par la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis.

Tapscott est le PDG de NextBlock Global, et dans le dépôt, la SEC a déclaré que ni la société canadienne ni ses titres n’avaient jamais été inscrits auprès de la commission.

Le jeune homme de 33 ans et son entreprise ont également reçu l’ordre de cesser de commettre de nouvelles infractions à la loi sur les valeurs mobilières.

Selon la SEC, NextBlock a été fondée par Tapscott et trois autres en juin 2017 dans le but d'investir dans des sociétés blockchain et des actifs numériques connexes.

Au cours d'une offre qui a permis de récolter 16 millions de dollars, l'entrepreneur et son entreprise ont fait de fausses déclarations selon lesquelles quatre éminents professionnels de la blockchain faisaient office de conseillers. Le document de la SEC ajoute:

«Ces fausses déclarations faisaient partie des arguments de vente de la campagne de collecte de fonds de NextBlock: NextBlock et Tapscott avaient accès à des relations sans précédent avec les faiseurs d’opinion, les meilleurs entrepreneurs et les personnalités les plus en vue de la communauté des blockchain. NextBlock et Tapscott savaient ou auraient dû savoir que les déclarations aux investisseurs concernant ces conseillers étaient inexactes. »

La SEC a déclaré que cette conduite constituait une violation de la Securities Act.

Plus tôt cette semaine, Tapscott avait été condamné à une amende de 148 000 $ par la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario. Il avait accepté d'organiser des séminaires sur l'éthique dans des écoles de commerce canadiennes dans le cadre du règlement. NextBlock lui-même a payé une amende de 520 000 $.

Ces amendes précédentes ont été prises en compte lors de la décision de la SEC.

La fureur impliquant NextBlock est apparue en 2017 lorsque Forbes a contacté les quatre personnalités figurant sur la liste des conseillers. Tous ont nié toute implication, ce qui a incité la société à restituer des fonds aux investisseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *