Un ancien agent secret français retrouvé mort par balle sur le parking des Alpes

Daniel Forestier, âgé de 57 ans et résidant dans les Alpes, dans l'est de la France, a été retrouvé mort jeudi dernier dans un parking isolé de la petite ville de Ballaison, près du lac Léman.

Cédric Huissoud, son avocat, avait reçu cinq balles, dont une balle dans la tête et le coeur, à l'AFP.

Forestier et un autre ancien agent des services de renseignement français, la DGSE, ont été accusés en septembre dernier de "conspiration criminelle" et de "possession d'explosifs" dans le cadre du complot d'assassinat du général congolais Ferdinand Mbaou, exilé en France depuis environ 20 ans.

Le général congolais Ferdinand Mbaou vit en exil en France depuis 20 ans. Photo: AFP

Forestier aurait travaillé 14 ans à la DGSE. Il vivait dans la petite ville de Lucinges, près de la frontière suisse, où il avait siégé à la mairie et dirigé un café.

En octobre, Mbaou a déclaré à l'AFP qu'il était en colère contre le complot rapporté, mais "pas surpris".

À l'instar d'un certain nombre d'opposants du président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, basé en France, Mbaou pense avoir été pris pour cible pour avoir critiqué l'un des dirigeants les plus anciens de l'Afrique, depuis ce qu'il pensait être une distance de sécurité.

Le général, âgé de 62 ans, est connu pour ses attaques virulentes contre Sassou Nguesso, qui dirige depuis 35 ans l'ancienne colonie française et pays riche en pétrole d'Afrique centrale de 4,5 millions d'habitants.

Mbaou a fui le Congo après le renversement de son ancien président, le premier président du pays élu démocratiquement, Pascal Lissouba, par Sassou Nguesso en 1997.

Il avait déjà survécu à un attentat.

Mbaou pense que c'est le régime qui a envoyé le tueur dans le dos alors qu'il quittait son domicile à Bessancourt, au nord de Paris, en novembre 2015.

La balle est toujours logée dans son torse.

"Les médecins n'ont pas pu l'enlever parce que c'est dans un endroit difficile, près du coeur", a-t-il déclaré à l'AFP.

Personne n'a jamais été inculpé pour l'attaque.