Tout ce que vous devez savoir sur l'écosystème de startups technologiques de SA [updated 2019] – Ventureburn

Par Journaliste le 11 février 2019

Mettre à jour: Êtes-vous un investisseur en capital-risque ou un investisseur providentiel qui souhaite investir dans une entreprise? Êtes-vous un entrepreneur à la recherche de capitaux ou d’autres opportunités? Êtes-vous un propriétaire de startup en herbe à la recherche d'aide? Eh bien tu es venu au bon endroit. Ventureburn présente la nouvelle version du guide * 2018 sur la scène en démarrage en Afrique du Sud.

Cet article est le guide le plus complet à l’intention de tous ceux qui souhaitent s’impliquer ou mieux comprendre l’espace de démarrage croissant du pays. Cela fait partie d'une série d'articles que nous allons tester, qui incluront également l'espace de démarrage pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique de l'Est.

Nous avons parcouru le paysage entrepreneurial de l’Afrique du Sud et sélectionné avec soin quelques-uns des meilleurs acteurs pour vous lancer dans l’environnement, en passant par l’éducation, les investissements (investisseurs providentiels, investisseurs privés), les pouvoirs publics, les accélérateurs et les incubateurs, en passant par les acteurs des médias (imprimeurs et autres). en ligne).

Marquez celui-ci. L’intention est de faire de cet article un élément vivant, qui deviendra la ressource ultime pour les startups et les entrepreneurs sud-africains. De plus, avec vos commentaires et suggestions, nous espérons créer un aperçu clair des personnes et des organisations qui influencent et façonnent l’espace technologique de l’Afrique du Sud.

Capital de risque

Le capital de risque est entièrement composé de jeunes entreprises en démarrage, à fort potentiel et à forte croissance. Le secteur local, bien que petit, investit toujours des millions de rands dans les transactions. Voir quelques-unes des meilleures offres de 2018 ici.

Pour une liste complète des sociétés de capital-risque et de capital-investissement, consultez la South African Venture Capital & Private Equity Association (Savca). Nos choix sont des investisseurs de premier plan dans le secteur de la technologie.

Les meilleures entreprises sud-africaines ont lancé en 2016 le milliard de rands Fonds PME SA, un fonds de capital-risque à co-investir aux côtés de divers investisseurs (pas uniquement des investisseurs de capital-risque). En novembre, Ketso Gordhan, PDG du fonds pour les PME de la SA, a déclaré que le fonds investirait un peu plus d'un milliard de rands, soit 75% de ses fonds de 1,4 milliard de rands dans des petites et moyennes entreprises noires, y compris des entreprises en démarrage dans le secteur de la technologie.

Un contrat de capital-risque conclu par le Cape Town KNF Ventures en novembre dans la société SA Healthtech 5nines Technologies a été le premier à Fonds PME SA Le Fonds PME PME a également annoncé la conclusion d’un accord avec l’incubateur de technologies éprouvées Savant en février 2019.

Par ailleurs, l’incitation fiscale de 12JCV, administrée par le SA Revenue Service (Sars), a enlevé ces dernières années, après que les autorités eurent modifié de lourdes règles (l'Association sud-africaine de la section 12J, un organe de défense des droits avait été créé au début de 2019 – voir ici). Voir une liste de quelques fonds de 12J ici. Parmi les meilleurs fonds à essayer si vous êtes une startup du secteur de la technologie, vous trouverez: Kalon Venture Partners, KNF Ventures, Kingson Capital et Le plus gros. En février, il a été révélé que Vinny Lingham est impliqué dans un fonds 12J, le Fonds VCC Lion Pride Agility, à travers sa société d'investissement Newton Partners.

AngelHub Ventures a commencé avec le «premier groupe d’investisseurs providentiels» de l’Afrique du Sud, qui fournit un financement en pool, une expertise et des réseaux pour favoriser la croissance des startups. Les investisseurs providentiels Michael Jordaan (l’ancien président de la FNB) et Kevin Harris ont rejoint l’entreprise en 2014 et mis à niveau vers un VC. Sous la direction de Brett Commaille, la firme soutient des startups telles que GoMetro, Snapplify et AmaLocker.

Singularité est une société d’investissement privée qui cherche à investir dans, et à soutenir, des entrepreneurs et des équipes dynamiques qui dirigent des entreprises de technologies de rupture, des médias et des télécommunications qui construisent l’avenir.

4Di Capital préfère les investissements technologiques de départ. Son fonds technologique pour les entreprises en phase de démarrage 1 vise les opportunités d’investissement de démarrage présentant un fort potentiel de croissance aux stades d’amorçage et aux premières étapes dans les secteurs des logiciels d’entreprise et des logiciels Web. Certains de ses investissements comprennent Réseaux de capteurs et Aérobique.

Action Hero Ventures une société de portefeuille d'investissement privée qui investit à un stade précoce dans des entreprises évolutives de divers secteurs d'activité nécessitant des capitaux relativement faibles pour se développer.

Capitale du couteau est un gestionnaire de fonds en actions de croissance axé sur les entreprises durables fondées sur la technologie. La société a été nommée meilleure société de capital-risque d’Afrique du Sud en 2012. Parmi les réalisations les plus récentes, citons: sortie de démarrage radar iKubu à Garmin en 2015. En 2017, la société a investi dans son premier accord international, healthtech 5nines Technologies faisait partie de ses investissements en 2018.

Knife Capital gère également le Accélérateur de meule, un programme structuré de développement de l’entreprenariat qui aide les entreprises à forte croissance axées sur l’innovation à devenir durables et à financer.

Partenaires d'affaires a lancé un fonds de capital-risque de R400 millions en 2012. En juin 2017, le financier avait investi dans 19 offres. Il finance des entreprises en démarrage dans les secteurs de l’énergie propre, de la transformation des produits agricoles, de la biotechnologie et des TIC jusqu’à 25 millions de rands.

La plus grande société de capital-risque (VCC) prétend être la première société de CR de l'Afrique du Sud constituée en vertu de la section 12J de la Loi de l'impôt sur le revenu – une nouvelle catégorie d'actifs dans le pays qui a fait ses preuves au Royaume-Uni et considère les sociétés de CR négociées comme des fiducies de capital-risque. La structure de capital-risque offre aux investisseurs une exposition au secteur du capital-risque, tout en offrant un allégement fiscal pouvant atteindre 40% sur leurs investissements.

Kalon Venture Partners est un fonds de capital-risque au sens de l’article 12 J qui investit dans les technologies de rupture numérique. Le fonds a investi dans des sociétés telles que SnapnSave, je paye et Le Sun Exchange. Regarde ça article pour plus d'informations.

Croissance de bord gère plus de 900 millions de capital de risque de démarrage et a investi dans plus de 45 opérations depuis le lancement de son premier fonds en 2010. Edge cible les opportunités dans tous les secteurs susceptibles de générer un impact positif. Les sociétés du portefeuille comprennent Sweepsouth, Mobenzi, Pioneer Academies et Everlytic.

Invenfin est un fonds de capital-risque en phase de démarrage qui examine les projets dans tous les secteurs. Parmi les membres notables du portefeuille, notons: ArcAqua, Dynamo de l'annonce et Bos Marques.

le Réseau Omidyar est actif sur le continent africain, comme dans le monde entier. Fondée par Pierre Omidyar, fondateur d'eBay, cette initiative a financé diverses entreprises allant de Lagos au Cap et à Nairobi. Parmi les investissements sud-africains notables figurent le réseau de distribution en ligne Bozza, programme d'éducation IkamvaJeunesse ainsi que des médias de vérification des faits Africa Check.

Silvertree Capital (également connu sous le nom de Silvertree Internet Holdings) soutient et investit dans des startups ciblant les marchés d’Afrique du Sud et d’Afrique subsaharienne. Au cours du premier semestre de 2015, la firme investi 20 millions de rands et a enregistré une croissance mensuelle des revenus de plus de 10% sur l'ensemble de son portefeuille. Tout le monde n’est pas satisfait de l’insistance de Silvertree à prendre des participations majoritaires dans les entreprises dans lesquelles elle investit (voir cette publication). récit).

eVentures Africa Fund a été lancé en 2010 par Vincent Kouwenhoven et Brian Hirman. Le fonds tire parti des capitaux et de l'expérience de l'Europe pour investir dans des sociétés liées à Internet en Afrique. Parmi les investissements notables de la société, citons Nomanini, en Afrique du Sud, et MoboFree, au Nigéria.

Seedstars World, comme son nom l’indique, est une société internationale de capital-risque basée en Suisse. Les start-ups d’un nombre croissant de marchés émergents – y compris l’Afrique du Sud – sont invitées à participer au concours international où elles auront une chance de gagner jusqu’à 1 million de dollars d’investissements en actions.

HAVAÍC est une société de capital-risque basée au Cap qui s'approvisionne auprès de family offices et d’investisseurs. La société a investi dans plusieurs startups, notamment Générer des revenus, Cabinet numérique et Propriété instantanée.

Financement participatif

Avec la popularité des plateformes de financement participatif telles que Kickstarter aux États-Unis et en Europe, de nouvelles initiatives spécialement conçues pour les entreprises ont également vu le jour en Afrique du Sud.

Aujourd’hui, la scène locale est dominée par Thundafund qui se concentre sur toutes sortes d’initiatives, qu’il s’agisse d’aider les amateurs à concrétiser leurs idées ou de lancer une start-up à la recherche de financement.

Première plateforme de financement participatif en capital en Afrique du Sud Uprise.Afrique était lancé en octobre 2017, bien que le Financial Services Board (FSB) n'ait pas encore statué sur la légalité du financement participatif en fonds propres. À ce jour, l’une des plus grandes campagnes de la plateforme a été celle de la brasserie Drifter Brewing Company basée au Cap soulevé R3 millions. En janvier 2019, la tête de Uprise.Africa révélé que la plate-forme enregistrait 159 transactions évaluées collectivement à près d’un milliard de roubles.

Rainfin est l’une des seules plates-formes de prêt en ligne en Afrique du Sud (offrant des prêts de la même manière que les plates-formes P2P). La plate-forme offre des prêts aux petites entreprises. Les modifications apportées aux règlements de la loi sur le crédit national, entrées en vigueur en 2016, ont toutefois ralentissement des prêts aux startups dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 1 million de rands.

En juin, dix mois après son lancement, la plateforme de financement participatif basée à Johannesburg Le fonds populaire a effectué son premier versement de R43 800 à 42 investisseurs qui ont investi plus tôt cette année un total de 1919 R2 $ dans une société Internet basée à Bloemfontein, MySurfer.

En octobre, une nouvelle société d’investissement basée au Cap Sonic Ventures a lancé un fonds de 1,5 milliard de rands qui investira dans des entreprises technologiques à forte croissance en Afrique du Sud, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

investisseurs providentiels

Que l’investisseur providentiel soit à la hausse en Afrique ou aux États-Unis, l’Afrique du Sud a sa juste part de particuliers fortunés ayant le sens de l’investissement (lire le guide 2017 de Ventureburn sur la marche à suivre pour investir dans l’investissement providentiel ici).

Le réseau sud-africain des business angels (Saban), lancé en 2016, est le lieu de prédilection des investisseurs providentiels. L’organisation organise régulièrement des événements et des sessions de réseautage, y compris sur des sujets tels que la manque d'investisseurs providentiels.

Ancien PDG de FNB Michael Jordaan et Mike Ratcliffe, directeur général de Warwick Wine Estate, ont chacun investi dans un service d’analyse de vins à caractère social de 140 personnages, Real Time Wine. Bien que la startup fini par tankerJordaan n'hésite toujours pas à placer ses paris, investissant principalement dans MonteGray et AngelHub Ventures.

Jozi Angels est un réseau d'investisseurs providentiels à Johannesburg.

Un dragon du spectacle d’investissement en direct, Dragons ’Den, Vinny Lingham est l'un des premiers bailleurs de fonds de nombreuses startups sud-africaines. Lingham, avec son partenaire commercial Llew Claasen, est derrière la firme d'investissement ange Newtown Partners, qui a des intérêts dans SAFlorist, SweepSouth, WumDrop et bien d’autres. En février 2019 c'était révélé que la firme est partenaire d’un fonds au titre de la Section 12J de 500 millions de rands.

Cofondateurs de Groupon SA Wayne Gosling et Daniel Guasco travaillent souvent côte à côte. Fonctions régulières lors d'événements tels que Sparkup Live de Net Prophet, certains de ces investissements incluent 8 bits, WumDrop, Reçu et Ekaya.

Avec une solide expérience de travail pour les goûts de Vodacom et Mediclinic, Ernst Hertzog de Action Heroes Ventures est également l'un des premiers contributeurs d'Ekaya et de WumDrop.

le Réseau Africa Angels investit et s'associe à des startups technologiques en Afrique subsaharienne. Son portefeuille va de SureGifts au Nigeria, en Afrique du Sud Bozza et SweepSouth.

Un conseiller de Swyft et Gyft, Michael Leeman, est derrière quatre sorties de démarrage, y compris Gyft et Clicks2Customers. Parmi les autres investissements figurent Chesscube et, plus récemment, les investissements d’Adii Pienaar Reçu. Leeman est le fondateur de Miombo Capital.

Justin Stanford de 4Di Capital est dans le jeu de l'investissement depuis plus d'une décennie. Il est l'un des premiers contributeurs d'Ekaya, WumDrop, HealthQ et Motribe, qui a été acquis avec succès par Mxit en 2012.

le Allan Gray Orbis Foundation investit dans l'éducation et le développement d'individus ayant un potentiel entrepreneurial en Afrique australe

Private equity

Les sociétés de capital-investissement diffèrent fondamentalement de leurs homologues de capital-risque. Le private equity consiste à prendre une entreprise à un stade ultérieur de son développement et à la restructurer pour optimiser ses performances financières.

Les sociétés de capital-investissement énumérées ici ont fait des investissements remarquables dans les nouvelles entreprises technologiques.

Ethos Private Equity existe depuis 25 ans et a mobilisé quatre fonds, dont le dernier a dépassé 800 millions de dollars américains. Ethos semble investir dans une gamme de marchés, y compris la technologie – il investit dans Clickatell, le fournisseur de service de SMS en masse.

Acorn Equity possède quelques fonds qui investissent dans divers secteurs. Son fonds de technologie investit dans des entreprises en démarrage de technologie ayant une valeur d'entreprise allant jusqu'à 200 millions de rands et un bénéfice avant impôts pouvant atteindre 50 millions de rands au moment de l'investissement. La taille d'investissement ciblée par transaction est comprise entre 30 et 80 millions de Rands. Son portefeuille n’inclut pas encore un investissement technologique dans son Acorn Venture Technology Fund One.

Horizon EquityLe portefeuille de la société comprend de nombreux investissements technologiques. Il investit des montants allant de 10 millions à 100 millions de Rands dans des sociétés sud-africaines privées, du début à la pré-introduction, y compris les rachats par la direction.

Sasfin Private Equity examinera uniquement les startups d’une valeur supérieure à 50 millions de rands avec un chiffre d’affaires annuel supérieur à 30 millions de rands. Sasfin exige une part d'actions de 20% à 49% et une «direction engagée, compétente et ayant fait ses preuves».

Kagiso Tiso Holdings possède une branche de capital-investissement axée sur l'autonomisation économique des noirs (BEE). La société investit généralement entre 20 et 70 millions de rands dans les sociétés de son portefeuille, en échange d’une participation minoritaire comprise entre 20% et 50%.

Amplificateur d'impact vise à relever les défis socio-économiques et environnementaux, les entrepreneurs innovants et les modèles d'entreprise doivent émerger en Afrique du Sud et dans le grand continent. Pour ce faire, les entreprises sont prêtes à investir et disposent de services de conseil.

Capital Eye Investments Limited décrit son portefeuille comme un mélange de startups et d’activités matures génératrices de trésorerie. Certains de ses investissements comprennent WiGroup, Empressement, Cquential et Emerge Mobile.

Gestion d'actifs de croissance future est une société d’investissement à intérêt fixe qui offre aux investisseurs la possibilité de choisir des rendements importants.

le Africa Enterprise Challenge Fund est une institution de développement qui aide les entreprises à innover, à créer des emplois, à tirer parti des investissements et des marchés afin de créer une résilience et des revenus durables dans les communautés rurales et marginalisées d’Afrique.

Capitalworks est une société de gestion d'actifs alternative indépendante basée en Afrique du Sud, qui offre à ses clients un accès aux investissements et des solutions spécialisées dans un large éventail de secteurs et de thèmes d'investissement en Afrique subsaharienne.

Fonds de développement des fournisseurs Godisa est un partenariat entre l’état Small Enterprise Finance Agency (Sefa) et Transnet. Grâce au fonds, les petites entreprises noires recevront un soutien financier et non financier qui leur permettra de fournir des services et des produits manufacturés à Transnet.

Capitale des marchands offre un financement aux propriétaires de petites et moyennes entreprises de vente au détail.

Soutien et financement du gouvernement

Bien qu'un peu moins connu que les fonds privés, le gouvernement sud-africain est à l'origine d'une série de programmes de soutien aux entrepreneurs et à l'innovation dans le pays.

le Département du commerce et de l'industrie différents programmes visant à stimuler l’économie du pays. Ses Programme de soutien à l'innovation industrielle (SPII) accorde des subventions pour aider les entrepreneurs à commercialiser des projets innovants, tandis que le Programme de technologie et ressources humaines (Thrip) a des subventions pour les entrepreneurs qui travaillent avec des universités ou des collèges pour mener des recherches afin de commercialiser une solution innovante.

le Société de développement industriel (IDC) finance des projets de développement industriel. L’IDC a investi dans le secteur de l’animation lorsqu’il a récompensé 17 millions de rands pour les studios d’animation Triggerfish basés au Cap en 2009. L’IDC lancé la Startup Nations Afrique du Sud initiative en 2014 visant à stimuler l’esprit d’entreprise et l’innovation à fort impact.

Le pôle d'innovation lancé en 2001 par le gouvernement de la province du Gauteng dans le but de favoriser le développement socio-économique et la compétitivité dans la région. Le pôle d'innovation est à l'origine de toute une gamme de projets tels que mLab, eKasi Labs et le Climate Innovation Center Afrique du Sud.

FutureMakers est le programme de développement des entreprises et des fournisseurs de Telkom. Lancé en mai 2015, le groupe a réalisé d'importants progrès en matière de soutien aux jeunes entreprises et aux entreprises en démarrage stratégiques, ainsi qu'à d'autres entreprises entrepreneuriales alignées sur le secteur des technologies et la chaîne de valeur de Telkom.

Le ministère du développement des petites entreprises Agence de développement des petites entreprises (Seda) fournit un soutien aux petites et microentreprises. le Programme de technologie Seda participe au financement d’un réseau de pépinières d’entreprises et octroie des subventions aux petites entreprises pour les aider à assumer les coûts liés à l’acquisition de nouvelles technologies.

Soutenu par le Département des sciences et de la technologie, le Agence d'innovation technologique (TIA) développe et encourage l'innovation technologique afin d'améliorer la croissance économique en Afrique du Sud. La TIA administre un fonds d'amorçage, que l’agence a lancé en 2013 et fournit aux entrepreneurs et aux innovateurs des subventions pouvant aller jusqu’à 500 000 à 650 000 rands par projet. Le fonds achemine des fonds d'amorçage par le biais de centres de transfert de technologie dans des universités et des centres de sciences vers des projets novateurs, ainsi que par l'intermédiaire d'organisations de soutien aux petites entreprises dans les provinces aux entrepreneurs. En 2016/17, le fonds a été prêté R74 millions à 133 projets.

Wesgro, l’agence officielle de marketing, investissement et promotion du commerce à destination du Cap occidental fait sa part pour promouvoir l’esprit d’entreprise. Récemment publié un rapport qui met en valeur les succès locaux de démarrage et les structures de soutien et il exécute également la Programme du corridor de commerce ouest-africain – ses dernier programme se concentre sur l’exploration des possibilités de commerce et de partenariat dans le secteur des services du Nigéria.

Le programme de développement des fournisseurs pour les entreprises noires (BBSDP) est une subvention à frais partagés offerte aux petites entreprises appartenant à des Noirs pour les aider à améliorer leur compétitivité et leur durabilité afin de s'intégrer à l'économie et de créer des emplois.

Gauteng Enterprise Propeller (GEP) est un organisme gouvernemental provincial qui fournit un soutien financier et non financier aux petites entreprises de Gauteng.

Isivande Women’s Fund (IWF) est un fonds exclusif qui vise à accélérer l’autonomisation économique des femmes en fournissant des financements plus abordables, utilisables et réactifs qu’actuellement. L'IWF propose des services d'assistance pour améliorer le succès des entreprises. Elle recherche des accords portant sur le financement de démarrage, l'expansion des activités, la réhabilitation des entreprises, le franchisage et le financement relais.

le Agence de financement des petites entreprises aide à créer des entreprises viables, par le biais de prêts remboursables sous forme de prêts directs et de prêts en gros allant de 500 à 5 millions de rands.

le Programme de soutien à l'innovation industrielle (SPII) est conçu pour promouvoir le développement technologique dans l’industrie sud-africaine, en fournissant une assistance financière pour le développement de produits et / ou procédés innovants. SPII se concentre spécifiquement sur la phase de développement, qui commence au terme de la recherche fondamentale et se termine au moment où un prototype de pré-production a été produit.

Le fonds des emplois crée des emplois en soutenant des initiatives qui créent des emplois de manière innovante. Le fonds attribue des subventions aux organisations via un processus de candidature de projet concurrentiel où seules les meilleures idées sont financées.

Bureaux de transfert de technologie

Les entreprises en démarrage qui souhaitent acquérir de la propriété intellectuelle auprès d’universités peuvent travailler avec des bureaux de transfert de technologie dans des universités et des centres de recherche. Parmi les meilleurs sont: l’Université de Stellenbosch Innovus, Le transfert de technologie d’UCT Bureau, Université Nelson Mandela centre, Wits Enterprise, la CSIR.

Incubateurs

Un incubateur fait appel à une équipe externe pour gérer une idée développée en interne et qui prend une plus grande part de capital dans la société résultante.

le Projet Awethu est pionnier d'une nouvelle approche pour identifier des entrepreneurs talentueux dans des communautés sud-africaines sous-financées. Ses candidats n’ont besoin d’aucun niveau minimum d’éducation, d’expérience dans le monde des affaires, de capital ou même d’investissement. La seule condition requise est qu’un candidat ait des antécédents sous-financés et puisse prouver qu’il dispose d’un potentiel entrepreneurial de classe mondiale grâce au processus d’identification des talents d’Awethu.

Sabtia est une association privée à but non lucratif créée pour promouvoir et coordonner l'incubation d'entreprises en Afrique australe.

Basé à Johannesburg Centre d'incubation de Riversands est un incubateur d'entreprises de grande envergure créé en 2015 dans le cadre d'un partenariat entre Century Property Developments et The Jobs Fund.

Faisant partie de CiTi (voir les organisations de réseautage ci-dessous), Bande passante Grange est opérationnel depuis 2000 et est aujourd'hui considéré comme l'un des principaux incubateurs d'entreprises du secteur des TIC dans le monde. L'initiative a également été à l'origine de la création d'un concentrateur Bitcoin et d'une communauté de réalité virtuelle – une première en Afrique du Sud. En 2015, la bande passante Barn a également La grange dévoilée Khayelitsha – un pôle de collaboration pour les entrepreneurs de la région.

Amplificateur d'impact vise à soutenir les entrepreneurs qui s’attaquent aux défis socio-économiques et environnementaux de l’Afrique. Il agit à la fois comme un incubateur pour des entreprises à forte croissance et à fort impact et comme un consultant pour les grandes entreprises.

Le pôle d'innovation est soutenu par le métro Tshwane (Pretoria) et comprend un incubateur et un réseau de hubs de township, qui fait partie de son eKasiLabs programme.

le Incubateur MEST à Cape Town est un espace de travail partagé où les startups, les entrepreneurs et les membres de la communauté technologique panafricaine peuvent se réunir pour se rencontrer, travailler et se construire.

JoziHub souhaite transformer le secteur des technologies en mettant en relation les entrepreneurs et développeurs potentiels avec les ressources critiques dont ils ont besoin. Il est soutenu par des poids lourds tels que Omidyar et Google.

Basé à Stellenbosch, LaunchLab offre une gamme de services aux entrepreneurs de l’université locale et de l’extérieur. LaunchLab guide les entrepreneurs tout au long du processus de création d'une entreprise éprouvée, allant de la validation de concepts à la démonstration de modèles commerciaux dans l'industrie ou le marché. L'initiative met également en relation des entrepreneurs avec des personnes clés au sein de son réseau de partenaires pour obtenir un réel retour d'informations de la part de clients potentiels.

Fondée en 2000, Raizcorp est l’un des rares incubateurs d’entreprises à but non lucratif en Afrique. Il dispose de plusieurs incubateurs physiques en Afrique du Sud.

JoziHub est un espace de co-création à Johannesburg dédié à la création d'un changement durable en Afrique

Basé à Cape Town RLabs fournit aux entrepreneurs – en particulier ceux qui travaillent sur des solutions ayant un impact social – un espace partagé pour développer leurs idées avec l'aide d'un développeur expérimenté et d'un réseau d'entrepreneurship.

MyGrowthFund vise à trouver et à soutenir des entrepreneurs noirs à forte croissance par le biais de ses plateformes de financement, d’incubation et de développement d’entreprise.

Programme d'entrepreneuriat du SAB contribue depuis 15 ans au développement des entreprises en Afrique du Sud.

Basé à Johannesburg Moteur de semences propose des ateliers de développement, une formation aux compétences de base agréées, un soutien et un financement pour les trois étapes clés d’une entreprise, à savoir: l’idéation, la construction et la croissance, ainsi que la croissance et l’échelle.

Propella est un partenariat entre l'Université métropolitaine Nelson Mandela, l'Industrial Development Corporation et le secteur privé. Ses principaux domaines d’activité sont la production d’énergie renouvelable, l’efficacité énergétique et les technologies connexes, la fabrication de pointe et l’optimisation de la chaîne logistique.

le Fondation Shuttleworth recherche des «personnes extraordinaires», leur octroie une subvention de recherche et multiplie par 10 le montant de leurs investissements dans leurs projets. Les entreprises en démarrage qui reçoivent des subventions bénéficient d'un bureau pendant un an au cours duquel leurs idées sont développées.

Le gouvernement Agence de développement des petites entreprises (Seda) finance un certain nombre de pépinières d’entreprises. Celles destinées aux startups technologiques sont: Savant, Invotech, la Seda Nelson Mandela Incubateur TIC, Smartexchange, Softstart BTI et le SA French Tech Labs.

Banque Standard lancé ses Programme d'incubateur bancaire standard en 2015 pour éduquer, créer, responsabiliser et développer des entrepreneurs en Afrique du Sud. Le programme est accompagné d'un espace de travail en co-incubateur à Rosebank, Johannesburg.

le Tshimologong Digital Innovation Precinct à Braamfontein propose des incubations de startups, des formations en compétences numériques ainsi que des activités de recherche et de formation en général. La nouvelle enceinte, ouverte en 2016, est dirigée par l’Université de Witwatersrand et le Centre for Software Engineering de Johannesburg (JCSE), et également soutenu par le gouvernement national, le secteur privé et la société civile.

Tshimologong aussi a un contenu numérique financé par une agence française de développement (AFD) Subvention de 950 000 € (14,5 millions de rands) sur trois ans. Le centre est géré en collaboration avec des entreprises de création telles que Trace TV, Groupe Lagardère, Ecole d'animation des Gobelins, Dailymotion, et TV5Monde.

Fondée en 2014 à l'UCT Graduate School Of Business avec le soutien financier initial du prix stratégique du vice-chancelier de l'UCT et du groupe MTN, le MTN Espace de solution fournit un écosystème pour les jeunes entreprises en démarrage et une plate-forme de recherche et développement permettant aux entreprises d'expérimenter les modèles commerciaux émergents. Le programme Venture Incubation Program (VIP) de Solution Space permet aux nouvelles entreprises de tester et de développer des activités viables et évolutives sur le plan commercial. L’espace Solution dispose également d’un deuxième hub au cœur des Cape Flats à Philippi, qui existe pour nourrir et équiper les entrepreneurs locaux.

Un incubateur edtech basé au Cap Injini Tous les six mois, sélectionne une cohorte de startups de toute l'Afrique, investit dans celles-ci et leur fournit un programme de support dédié edtech pour les aider à se développer à travers le continent.

Accélérateurs

Un accélérateur fait exactement ce que son nom suggère – aide les entreprises à accélérer leur croissance. Pour la plupart, un accélérateur diffère d'un incubateur en ce que les programmes ont généralement une durée plus courte, allant souvent de trois à six mois. Le programme se termine généralement par une journée de démonstration au cours de laquelle les startups présentent leurs idées aux investisseurs.

Accélérateur aérospatial mondial Airbus BizLab gère un programme d'accélération dans le cadre de son initiative # Africa4future. En 2017, il a pris sur deux startups de l'aérospatiale – un d'Afrique australe et un autre d'Afrique de l'Est.

Organisation de soutien aux entreprises de Johannesburg Aurik exécute un programme d'accélération des affaires. L'accélérateur prétend exceller dans le travail avec les entreprises confrontées à des problèmes de croissance et de croissance, ainsi que celles qui envisagent des stratégies de sortie à moyen terme.

Accélérateur de démarrage technologique et incubateur soutenus par l'entreprise Usine de fondateurs a annoncé en octobre qu’à travers son initiative Founders Factory Africa, construire et déployer à grande échelle 100 nouvelles entreprises de technologie en Afrique au cours des cinq prochaines années à partir de Johannesburg. C’est à la fois un constructeur d’entreprises et un accélérateur.

Microsoft Bon départ programme, qui était lancé En novembre, les start-up ont accès à un large éventail de ressources en développement, en ressources, en accès pour coachs et mentors, ainsi qu’à son réseau de clients. En outre, le programme offre aux participants un accès au réseau client de Microsoft et à son réseau. Azur plate-forme informatique en nuage.

L'Agence de développement des petites entreprises (Seda) à travers ses Gazelles programme but aider 40 entreprises à forte croissance par an à augmenter leur valeur d’entreprise de 20% en trois ans. Un second tour a été annoncé en 2017, à la suite du premier tour qui a débuté en 2016. Le programme n’est cependant pas sans problèmes (voir ici).

Lancé en 2014, Traction Entrepreneur est un studio de constructeur et de start-up destiné à soutenir l'entrepreneuriat à forte croissance en Afrique du Sud et en Afrique.

le J'EN SUIS L’accélérateur est destiné à la création de jeunes entreprises technologiques à forte croissance appartenant à des Noirs. La première cohorte de 10 startups a débuté au milieu de 2017.

mLab Afrique australe est un accélérateur vertical qui se concentre sur l'innovation et les startups mobiles. Il offre un certain nombre de services de soutien, notamment le mentorat, le développement, l’infrastructure, le financement et l’accès aux acteurs de l’industrie et au gouvernement aux niveaux local et international. mLab est soutenu par la Banque mondiale, infoDev, le ministère des Affaires étrangères de Finlande et le Département de la science et de la technologie.

le Nouvel accélérateur économique, une initiative du Centre africain pour une économie verte (AfriGCE) a pour mission de construire une économie inclusive et de promouvoir la durabilité environnementale dans les économies rurales. Voir ici pour certaines de ses réussites.

Basé à Cape Town 88 collectif d'entreprises vise à accélérer les entreprises créées par des femmes.

Lancé en 2015, New Ventures Studio est un accélérateur de jeunes entrepreneurs au Cap. Le Studio s'est associé à des jeunes de 16 à 35 ans pour accélérer une idée ou une mise en route dans un modèle commercial reproductible et évolutif. Les entrepreneurs sont sélectionnés dans le cadre d’un cours expérientiel d’une durée de huit semaines à l’intérieur duquel ils souhaitent entrer dans un incubateur offrant un espace physique, un mentorat, des services spécialisés de démarrage ou d’accélération et de levée de fonds.

Barclays Africa dirige les Barclays Monter programme visant à aider les startups fintech. En 2017, la banque a révélé les noms des 10 startups d’Afrique qui seraient pris en charge par le deuxième programme Barclays Accelerator, piloté par Techstars.

Startupbootcamp AfriTech gère un programme d'accélération de trois mois. Les équipes sélectionnées reçoivent chacune un investissement en capital de 15 000 euros, un espace de travail gratuit, un accès aux investisseurs ainsi que la possibilité d’assister à des événements de l’industrie. Ici sont les obligations légales à prendre en compte avant de devenir membre.

Avec plus de 200 activités technologiques accélérées et plus de 100 mentors fondateurs de technologies, basés à Sandton Sw7 claims to be the largest tech accelerator in Africa.

Funders Vumela and Edge Growth in 2016 launched the 10X-e accelerator, aimed at growing established, high potential entrepreneurs. The accelerator’s mission is to help talented scale-up stage entrepreneurial teams scale themselves, scale their teams, and scale their businesses. See more ici.

Conferences and events

Similar to networking bodies, conferences are seen as key players in celebrating the startup space. These initiatives are often accompanied by pitching competitions, keynotes and networking.

Startup Grind is an international organisation that hosts monthly fireside chats with local industry entrepreneurs and startups. The initiative has growing chapters in Johannesburg, Durban and Cape Town. Founded in 2010, its vision is to connect startups and the people behind them, tap into a strong support network, form meaningful connections and gain inspiration for the startup journey ahead.

A flagship of [email protected], DEMO Africa is an annual pan-African pitch competition and conference dressed as a launchpad for emerging technology and trends. [email protected] was launched by the US Department of State, in collaboration with Microsoft, DEMO, USAID and Startup Weekend.

Heavy Chef holds regular entrepreneurship-themed events in Cape Town and Johannesburg which include masterclasses and fireside chats.

Launched in 2017, tech startup conference AfricArena connects corporates, startups and showcases innovations by some of the continent’s leading startups.

le SA Innovation Summit is where the best of South African, African and global innovators get to showcase their exceptional talents, innovations and ideas.

Médias

Without media, there’s no story. Along with the “African rising” narrative and more international interest in the continent as a region for investment opportunity, an increasingly large number of publications from abroad are interested in telling the country’s stories, amplifying their reach.

Burn Media‘s Ventureburn fonctionnalités écrit et multimedia content on technology startups in Africa, as well news, analysis and opinions on entrepreneurship from an emerging market perspective.

Entrepreneur Magazine is touted as South Africa’s best-selling entrepreneurship magazine. It’s also a great online resource for general topics and tips on entrepreneurship.

TechCentral has a very strong South African flavour. Its focus is more on general technology news, but it also publishes entrepreneurial stories.

Although they do not have a strong startup focus, the list wouldn’t be complete without Moneyweb, MyBroadband et Fin24, three great resources for business news in South Africa.

US publication Quartz launched its African chapter in 2015 with a focus on unique, insightful articles that are often technology-focused and startup related.

Popular US magazine Entreprise rapide launched its first English edition outside of its home country in South Africa. The publication offers a range of different content, with a main focus on feature-length profiles of industry leaders or startup founders.

Disrupt Africa aims to be the go-to source for all things startups, investments and innovation in North, East, West and Southern Africa. Alongside news articles, the site also focuses on interviews and stories on important stakeholders of the industry.

Hypertext Media Communications (or simply known as htxt) covers South African news on startups, women in tech, games and makers. The site aims to become the number one community for interesting stuff coming from South Africa and the rest of the continent.

Education

As research in Omidyar’s Accelerating Entrepreneurship in Africa report suggests, management and other entrepreneurial skills should be fostered in schools.

The online education venture, GetSmarter, presents a collection of 10 courses covering different aspects of entrepreneurship. These topics range from how to Start and Manage a Small Business au Basics of Financial Management. Time it takes to complete these courses range from six to 12 weeks. The organisation has also partnered with CiTi and Barn Khayelitsha‘s business development programme to support entrepreneurs.

Regenesys Business School provides free, fully accredited, internationally recognised online business education for South Africans.

In 2012, the UCT Graduate School of Business (UCT GSB) teamed up with growth equity fund manager Knife Capital to launch the Find Make Grow Realise education programme to promote the development of early-stage, high growth entrepreneurial activity in the City of Cape Town. Today, other short courses on offer by the GSB include the Business Acumen for Artists et Masterclass: Business Model Innovation.

Omidyar Network’s African Leadership Academy (ALA) is a South African-based educational institution that identifies the most promising 16- to 19-year-olds from all 54 African nations for an innovative, two-year program focused on leadership, entrepreneurship, and African studies.

IBM’s Digital Nation Africa initiative enables interested innovators to explore emerging technologies, build innovative solutions and learn new skills.

The University of Stellenbosch in Cape Town runs the MIH Media Lab which emphasises applied research — by students with engineering or computer science degrees — with projects that have a good chance of producing prototypes or proofs-of-concept that could eventually be commercialised.

Raymond Ackerman Academy of Entrepreneurial Development is a post-matric level academy based in Cape Town that offers an inspiring and innovative six month, full-time programme in entrepreneurial development.

TSiBA Education is a private, not for profit business school that helps people who cannot access opportunities to study, with full-tuition scholarships. The courses are focused on developing entrepreneurship and leadership.

Networking organisations

Whether you’re looking for talent, inspiration or partners, networking organisations are the facilitators between startups, investors and other stakeholders of the industry.

le Entrepreneurs Organisation (EO) is a global business network of 8000-plus business owners in 122 chapters and 35 countries. Founded in 1987 by a group of young entrepreneurs, EO enables small and large business owners to learn from each other, leading to greater business success. Read more about the South African chapter of EO.

Endeavour seeks to identify and assist high-growth entrepreneurs in emerging markets around the world. The entrepreneurs cultivated by Endeavour in turn help create jobs, propel economies, and cultivate leaders and role models.

Silicon Cape is a non-profit, community owned and driven initiative that aims to improve the environment in the Western Cape to create more and better startups as well as increase access to capital.

Situated in Stellenbosch, the Nedbank-backed LaunchLab forms part of the local university’s Innovus initiative which is responsible for technology transfer, entrepreneurial support and development, and innovation at the university. The LaunchLab is behind a range of services for both established and budding entrepreneurs, offering incubation space, pitching competitions, workshops and more.

La French Tech is a French-South African Tech community based in Cape Town gathering entrepreneurs, top executives, investors, engineers and public leaders.

She Leads Africa is a community that helps young African women achieve their professional dreams with engaging online content and pan-African events.

le Sable Accelerator is an international partnership group dedicated to helping South African entrepreneurs, new venture startups, academic institutions and companies commercialise technology innovations, promote and protect intellectual property, fund new business concepts, finance growth, as well as expand into global markets. Sable is powered by MentorCloud, the cloud-based mentorship platform, which also works with the University of the Witwatersrand Alumni Association, powering their mentoring programme between alumni and students.

Simodisa aims to empower startups in South Africa. Apart from various startup-focused events during the year, it seeks to act as facilitator between government and private bodies. The initiative represents a collaborative research, stakeholder engagement and policy design effort by key stakeholders from both the public and private sector in South Africa.

The Cape IT Initiative (CiTi) is a non-profit organisation focused on supercharging the Western Cape’s technology sector as well as tech-enabled industries like financial services, retail and government. It considers itself a “mothership” for a number of initiatives in support of startups, skills development, cluster development, research and market growth programmes. Sous le new leadership of Ian Merrington, CiTi has secured a multi-million rand backing from Telkom.

The Hookup Dinner is a Sub-Saharan African network of emerging entrepreneurs brought together by three core values; to connect, engage and contribute to each other’s success.

le Branson Centre for Entrepreneurship based in Johannesburg provides free training, mentoring and other networking and marketing platforms for entrepreneurs who demonstrate the potential to move their small business to the next level of growth.

Future Females aims to increase the number of and support the success of female entrepreneurs and intrapreneurs.

Launched in 2015, AlphaCode wants to be the club for next-generation entrepreneurs in South Africa’s financial services industry. With its co-working space based in Sandton, Johannesburg, the initiative has a range of membership options available with benefits that range from facilitated networking, access to the working space, mentorship and more.

Backed by US$100-million, the Nigerian billionaire, Tony Elumelu, lancé la Tony Elumelu Foundation Entrepreneurship Programme in 2015 to support a total of 10 000 entrepreneurs across the continent.

The V&A Waterfront’s Workshop17 officially opened its doors in 2015 with the aim of fostering collaboration and innovation in the country and the greater region. Besides a co-working space, the hub is responsible for talks, lectures, workshops and educational programmes.

In Johannesburg the Global Entrepreneurship Network (GEN) offers firms (not just tech companies) a 12-month residency at 22 ON SLOANE, a physical startup campus which launched in 2017. It also offers grants (see this récit).

*This piece was updated by Ventureburn editor Stephen Timm on 11 February 2019. If you’d like to add your organisation to this framework or suggest an additional category, please comment below or Contactez nous.

Image by David Stanley via Flickr