Sotheby’s Deal est de l’art pour l'art de l'art

Sotheby’s vendra aux enchères le boulevard Monmatre, Fin de Journee de Camille Pisarro à Londres cette semaine.
          
            
              Photo:
            
        Stephen Chung / Zuma Press

17 juin 2019 12h09 ET

Sotheby’s


BID 58.21%

peut se détendre. Patrick Drahi achète de l’art pour l’art.

Les entreprises ne considèrent généralement pas le milliardaire du câble franco-israélien comme l’acheteur de leurs rêves. L'homme derrière le

            Altice
            

      L’empire est surtout connu dans le monde financier pour ses opérations à fort effet de levier et sa réduction agressive des coûts. Il a suivi ce livre de notes, emprunté à son concurrent John Malone, auprès des sociétés américaines de câblodistribution Suddenlink et Optimum en 2015 et 2016 respectivement, ainsi que de la société française de téléphonie mobile SFR.

Dans le cas de Sotheby’s, toutefois, M. Drahi a déclaré dans un communiqué qu’il achetait la maison de vente aux enchères pour sa famille et que l’équipe de direction avait «une confiance totale». Il n’y aura aucun lien avec Altice.

L’accord ne correspond peut-être pas au moule habituel de Drahi, mais il correspond à un modèle très français d’acquisitions de trophées par des entrepreneurs milliardaires. Christie’s, le principal concurrent mondial de Sotheby’s, appartient à la famille Pinault qui contrôle

            Kering
            ,

      le géant du luxe qui a relancé les marques Gucci et Yves Saint-Laurent. Le quotidien emblématique français Le Monde appartient en partie à Xavier Niel, l’un des concurrents de M. Drahi sur le marché français du haut débit hypercompétitif.

L'achat d'art est une voie séculaire vers la respectabilité pour les hommes d'affaires. Acheter une maison de vente aux enchères d'art va plus loin dans la logique.