Rwanda: Une entreprise française cherche à introduire des refroidisseurs de lait à énergie solaire pour aider à réduire les pertes des agriculteurs

Par Emmanuel Ntirenganya

Serap, une entreprise française spécialisée dans la conception et la fabrication de réservoirs de refroidissement du lait, a manifesté son intérêt pour une présence au Rwanda afin de fournir des installations de refroidissement du lait abordables fonctionnant à l'énergie solaire.

Cette décision contribuera à préserver la qualité et la sécurité du lait et à lui permettre d'obtenir de meilleurs prix et une meilleure compétitivité sur le marché, a déclaré Ali Haidar, responsable régional des ventes du lait de refroidissement de la société en Afrique et au Moyen-Orient.

Haidar a fait cette révélation vendredi, alors qu'il s'adressait au New Times de Kigali en marge d'un cocktail réunissant une délégation du secteur agroalimentaire français et des entrepreneurs agroalimentaires rwandais.

La délégation de cinq membres représentait FilClair, le fabricant de serres de haute technologie; Boccard, acteur majeur de la mise en place d'installations industrielles; Allflex, qui se consacre à l'intelligence du bétail et à l'identification des animaux.

En novembre dernier, Mukamira Dairy, dans le district de Nyabihu, avait rejeté environ 10 000 litres de lait, selon le syndicat des coopératives d'éleveurs laitiers de Nyabihu.

AXEMA est une organisation professionnelle française regroupant plus de 240 fabricants de tracteurs et de machines agricoles; Serap; ainsi que Adepta – une association agro-industrielle française regroupant plus de 200 entreprises.

La visite a été facilitée par Adepta. Isabelle Kouamo, responsable de secteur Adepta pour l'Afrique subsaharienne, a déclaré que la délégation était au Rwanda pour une visite de trois jours, dont l'objectif principal est de comprendre la configuration du marché de l'agroalimentaire et les opportunités qui y sont offertes.

Haidar a déclaré qu'il était au Rwanda pour rassembler des informations sur le secteur journalier au Rwanda et pour comprendre comment l'entreprise de collecte de lait est mise en place, qui sont les principaux acteurs ici et pour définir les besoins de l'industrie laitière ainsi que des agriculteurs du pays.

"Parfois, un agriculteur traite la vache et attend deux heures avant de transporter le lait jusqu'à la [milk] centre de collecte. Le lait est chaud, comme à 35 degrés, [and] le climat est chaud. Le lait fermente donc et toutes les 20 minutes, le nombre de germes dans le lait double et la qualité du lait se détériore ", a-t-il déclaré en expliquant un exemple de l'impact du manque de système de refroidissement efficace du lait.

La solution au problème, a-t-il déclaré, est un refroidissement très rapide. Pour ce faire, vous devez disposer d'un système de refroidissement à proximité, juste à côté de la ferme ou à la ferme même.

"Et nous avons de nouveaux équipements qui consomment très peu d'énergie, et ils peuvent facilement fonctionner avec de l'énergie solaire ou une énergie monophasée normale", a-t-il déclaré.

"Et avec cet équipement, vous pouvez refroidir le lait très, très rapidement, juste à côté de la vache, pour que chaque agriculteur devienne comme une plaque tournante du lait, et tous ces points tournants du lait [farmers] livrera le lait froid au lait [collection] centres ", at-il dit.

Maintenant, at-il dit, ils recherchent des partenaires pour mettre en œuvre un tel projet au Rwanda, ajoutant qu'ils en avaient déjà fait de même au Nigeria, au Sénégal, au Kenya et en Ouganda.

En novembre dernier, Mukamira Dairy, dans le district de Nyabihu, avait rejeté environ 10 000 litres de lait, ce qui constituait une démotivation pour les agriculteurs, selon le Syndicat des coopératives de producteurs laitiers de Nyabihu.

En outre, plus de 3 500 litres de lait ont été rejetés chez Savannah Dairy dans le district de Nyagatare le 26 novembre 2018, selon les chiffres de la Fédération nationale des producteurs laitiers.

Les équipements de refroidissement de la société Serap fonctionnant à l'énergie solaire sont totalement adaptés aux petites [holder] agriculteurs, tels que ceux possédant une ou deux vaches.

"C'est une très bonne solution pour les petits agriculteurs sur le terrain, qui sont très loin dans la campagne, qui n'ont pas de véhicules et qui sont en quelque sorte isolés. Cela donne le pouvoir à l'agriculteur de garder son lait sans danger pour la consommation, puis peut le vendre facilement ", at-elle déclaré.

François Nsengiyumva, président de la Fédération de la Chambre rwandaise de l'agriculture et de l'élevage du secteur privé, a déclaré que cette technologie pourrait aider à résoudre le problème du lait des agriculteurs, qui pourrait être rejeté par les centres de collecte de lait et les industries agro-alimentaires.

"Ils disposent d'une technologie qui peut être distribuée parmi les agriculteurs du pays entier, ne nécessitant pas d'électricité et utilisant des bidons de lait utilisant l'énergie solaire pour refroidir le lait. Dès que vous traitez une vache, vous versez le lait dans un récipient à l'abri de Cela nous aidera à obtenir une qualité de produit laitier qui a été rejetée lorsqu’elle a été acheminée vers des centres de collecte de lait ou des usines ", at-il observé.

Nsengiyumva a ajouté que les agriculteurs rwandais et les entrepreneurs du secteur agroalimentaire souhaitent apprendre et adopter les technologies des entreprises françaises, notamment la culture de légumes dans un environnement contrôlé, sous des serres.

Cela garantira une production durable et augmentera la productivité, la manutention des produits agricoles après la récolte, ainsi que la transformation agroalimentaire pour ajouter de la valeur, et la gestion appropriée du bétail pour augmenter le rendement en lait, entre autres.