Rencontrez les Canadiens qui ont changé la vie des personnes handicapées mentales en France

Le président français Emmanuel Macron a rendu hommage à la vie et au travail de Jean Vanier, qui a fondé un réseau pionnier de communautés de personnes handicapées mentales et a vécu dans l'une d'elles dans le nord de la France jusqu'à sa mort cette semaine.

"Ce grand spiritualiste et humaniste nous a laissé un monde plus inclusif et mieux partagé", a déclaré la présidence dans un communiqué publié à la suite du décès de Vanier mardi.

Il avait 90 ans et luttait contre le cancer depuis plusieurs semaines, selon L'Arche (The Ark), un réseau de quelque 150 communautés résidentielles opérant dans une trentaine de pays et comptant plus de 10 000 membres.

Vanier, fils d'un diplomate canadien, était officier dans les marines britannique et canadienne avant d'abandonner l'armée pour étudier la théologie à Paris, avec l'idée de devenir prêtre.

Mais après avoir été choqué par les conditions dans un établissement psychiatrique qu'il a visité, il a tout abandonné en 1964 pour vivre avec deux hommes handicapés mentaux dans le village de Trosly-Breuil, dans le nord de la France, qui a rapidement attiré de nouveaux résidents.

Le concept se répandit au fur et à mesure que certains de ses collègues établissaient d'autres centres dans le monde.

"Chez The Ark, vous commencez par vouloir aider les gens et vous finissez par vous rendre compte que ce sont les personnes handicapées qui vous changent, qui vous montrent une autre image de la vie et de l'humanité", a déclaré Vanier à l'AFP dans un entretien accordé à 2014

L'année suivante, il reçut le prix Templeton, une récompense de 1,7 million de dollars pour les «entrepreneurs de l'esprit».

Vanier a également créé en 1971 le réseau Foi et Lumière, qui compte maintenant près de 1 500 communautés réunissant des adolescents et des adultes handicapés mentaux et leurs familles.

En 2000, il a fondé Intercordia, qui offre aux jeunes du monde entier la possibilité de participer à des projets de solidarité.

Le pape François a également pleuré Vanier comme "un homme qui comprend le commandement chrétien" de prendre soin de ceux qui sont rejetés ou marginalisés par la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *