Nicolas Houzé, PDG des Galeries Lafayette

Nicolas Houzé, membre de la famille de la cinquième génération qui dirige les grands magasins parisiens, les Galeries Lafayette, et ses partenaires des Émirats arabes unis et du Liban, Michel et Pascal Abchee, d'ADMIC, à propos du futur anniversaire du détaillant à Dubaï

Mars
24 2019

11 min de lecture

Les opinions exprimées par les contributeurs d’entrepreneurs sont les leurs.

Vous lisez Entrepreneur Middle East, une franchise internationale de Entrepreneur Media.

"Je me considère comme un lien entre la quatrième et la sixième génération, en veillant à laisser la société à la prochaine génération dans une meilleure forme que [it was] Nicolas Houzé, 44 ans, PDG du célèbre grand magasin parisien Galeries Lafayette, dirigé par sa famille depuis 1893. Début février, Houzé était à Dubaï aux côtés de son père Philippe, Président exécutif du groupe Galeries Lafayette et la famille Abchee, partenaire des franchises des Galeries Lafayette pour les Émirats arabes unis et le Liban, pour célébrer le 10e anniversaire de la boutique et l'ouverture de ses boutiques rénovées dans le Dubai Mall.

Après avoir repris les affaires il y a quelques années, Houzé, formé à l'INSEAD, aurait été chargé de la transformation numérique du groupe, qu'il décrit toujours comme son plus grand défi, mais qui ajoute: «Nous sommes sur la bonne voie, même si c'est difficile, capital Intensif et prend du temps. »Les deux autres objectifs stratégiques du groupe sont actuellement l'expansion internationale et la modernisation de son réseau de magasins.

Nicolas Houzé, PDG des Galeries Lafayette (à droite) et ses partenaires des Émirats Arabes Unis et du Liban, Michel et Pascal Abchee d'ADMIC
Source: Galeries Lafayette

Les Galeries Lafayette, âgées de 126 ans, comptent actuellement 55 magasins en France et en exploitent directement 28, tandis que les 27 autres, tous situés dans des villes françaises petites et moyennes, ont été transformées en franchises l'année dernière dans le but de réduire les coûts. . Près de 60% de son activité en France provient de clients internationaux et le reste est local. Le magasin phare du groupe, boulevard Hausmann, apporte "près de la moitié de l'activité que nous réalisons en France", a déclaré Houzé, ajoutant: " L’année dernière a été assez difficile en raison de la situation politique en France, mais dans l’ensemble, nous avons presque atteint les mêmes résultats que ceux de 2017. Il existe de grandes villes, comme Bordo, Nice, Lion, où tout va bien. reste de la France est assez difficile. "

Bien que Houzé reconnaisse que les possibilités d'expansion du groupe dans le pays ont été limitées – il occupe déjà certains des meilleurs magasins du pays -, il a de grands espoirs pour son nouveau magasin situé sur les Champs-Élysées, qui a ouvert ses portes le 28 mars. le grand magasin du XXIe siècle », le nouveau magasin est le plus grand de la célèbre avenue parisienne (6 500 mètres carrés), mais beaucoup plus petit que les autres magasins des Galeries Lafayette. «C'est un grand magasin, parce que ce sont les Galeries Lafayette, mais ce sera très différent de ce que nous avons l'habitude de vivre», explique Houzé. «Par exemple, dans notre magasin du boulevard Hausmann, nous avons beaucoup de ce que nous appelons des« boutiques murales gratuites », gérées par les marques elles-mêmes. Ce ne sera plus le cas sur les Champs-Élysées. Il n'y aura que des représentants des Galeries Lafayette, qui seront en mesure de répondre à toutes les questions concernant les différentes marques. ”

En attendant que les problèmes à la maison soient réglés, Houzé se tournera de plus en plus vers le développement des Galeries Lafayette. Le groupe de distribution, dont le siège est à Paris, possède des magasins à Londres, Berlin, Milan, Istanbul, Dubaï, Jakarta et Beijing. Cette liste inclura prochainement le Luxembourg, Doha, le Koweït et Shanghai. «La Chine est vraiment importante pour nous», a déclaré Houzé. «Nous avons déjà un magasin à Beijing et nous ouvrirons un nouveau magasin à Shanghai d'ici la fin mars. Nous cherchons cinq à dix magasins, ainsi que la partie numérique, en Chine, car nous pensons que les Galeries Lafayette ont une grande opportunité de développement. »Un peu moins de 10% des revenus totaux du groupe sont générés à l'international, et Houzé a pour objectif de doubler ce chiffre d'ici 2025 en ouvrant de nouveaux magasins. «Nous avons trois modèles d’expansion internationale», dit-il. «En Europe, nous exploitons les magasins directement, et c’est le cas également à Berlin, et ce sera le cas au Luxembourg d’ici la fin de l’année. En Chine, il s’agit d’un modèle de joint-venture avec un partenaire local. Nous disposons d’une équipe dédiée à l’exploitation du magasin. Et pour le reste du monde, c’est-à-dire le Moyen-Orient mais aussi la Turquie et l’Indonésie, c’est un modèle de franchise. Nous travaillons en partenariat avec des personnes que nous connaissons très bien, car nous voulons que nos détaillants soient proches de nous et ne pas ressembler à une institution financière qui n'est pas censée fonctionner. "

Connexes: Redéfinir la vente au détail: le fondateur et PDG d'Elabelz, Nooruldeen Agha, à propos de sa dernière entreprise, ST-YL

Au milieu des années 90, trois membres de la famille des Abchee américano-libanais – les frères Michel, Pascal et Gabriel – faisaient partie de la diaspora libanaise qui revenait dans le pays après des décennies de troubles, y compris une guerre civile de 15 ans, entraînant des envies de désirs. pour leur vie d'expatrié. Dans le cas des frères Abchee, c'était une nostalgie du style de vie parisien. En 1996, son frère aîné, Michel, a lancé ADMIC (opérateur de développement, de gestion et d'investissement), un opérateur de commerce multi-format, pour prendre en charge une série de partenariats de franchise – Galeries Lafayette, Le BHV Marais (Bazar De L'hotel De Ville) et MONOPRIX Supermarchés. «Nous envisagions de rentrer au Liban et nous avons tous les trois parlé de ce que nous pourrions faire pour y retourner», explique Pascal Abchee, directeur général des Galeries Lafayette à Dubaï et au Liban. «À l’époque, nous n’avions pas les moyens de nous lancer dans la promotion immobilière, car les dépenses d’investissement étaient très élevées. Nous avons donc décidé que si nous ne pouvions pas construire des bâtiments, pourquoi ne pas les meubler.»

Nicolas Houzé et Pascal Abchee en conversation avec Entrepreneur Middle East.
Source: Galeries Lafayette

Bientôt, les projets de création d'une succursale des Galeries Lafayette à Beyrouth ont été suspendus en raison du ralentissement économique provoqué par le conflit en cours dans la Syrie voisine. Cependant, au début des années 2000, les frères Abchee ont commencé à s'intéresser à Dubaï. «Dubaï nous a prouvé que nous devrions être ici», déclare Pascal Abchee. «Depuis le début, le Dubai Mall a été formidable et une autre chance a été, si je puis dire, qu’en 2009, lors de notre ouverture, nous avons connu une période économique difficile dans le monde et à Dubaï, mais Dubaï a un travail colossal pour se sortir rapidement de la crise. Nous avons donc réussi non seulement à sortir de la crise, mais également à bien développer la marque. ”

Couvrant une superficie totale de 215 000 pieds carrés dans le Dubai Mall, les Galeries Lafayette offrent une expérience de magasinage à 180 degrés qui comprend les femmes jurent, abayas, vêtements de soirée, vêtements pour hommes, bijoux, vêtements pour enfants, lingerie, accessoires de luxe et chaussures, beauté, articles pour la maison, et Le Gourmet, salle de restauration internationale. «Mon plus gros défi était d’adapter un produit français en provenance de France», déclare Michel Abchee, fondateur, président-directeur général de ADMIC, société basée à Beyrouth, et président-directeur général de grands magasins français (FDS) et des grands magasins du Moyen-Orient, basés à Dubaï. MEDS), alors qu’il parle de la création de Galeries Lafayette à Dubaï. «Il ne s'agissait pas seulement pour moi de bien le comprendre, mais aussi pour amener l'équipe des Galeries Lafayette à accepter que le concept devait être adapté, et ensuite pour savoir si le marché local accepterait la façon dont je l'ai adapté. Donc, pour moi, le défi sera toujours de savoir si je continue à m'adapter. Par exemple, si nous examinons les parfums, lorsque nous arrivons sur ce marché, il n’ya pas de parfum local. Ce n’était que le début du parfum arabe, mais tout à coup, nous avons aidé au lancement de nombreux parfums arabes, qui ont été très bien reçus par le marché. »

Enfin, le troisième objectif du groupe – la transformation numérique et le développement de ses activités en ligne – vise à l’aider à faire face à la concurrence d’Amazon et d’autres géants de la vente au détail en ligne. À l’heure actuelle, le détaillant réalise entre 4% et 5% de son chiffre d’affaires mondial en ligne. «C’est un long chemin et un défi, car je dirais que c’est une entreprise différente», déclare Houzé. «En fait, parlant de commerce électronique, le terme commerce n’est pas le même que celui que nous avons dans les magasins. En tant que marchand et détaillant, nous appartenons à une entreprise dans laquelle deux principaux piliers sont l’achat et la vente. Vous devez avoir le bon produit au bon endroit et avoir les bonnes personnes pour accueillir le client et le présenter. C’est ce que nous faisons depuis 125 ans. Bien sûr, dans le commerce électronique, le produit est important, mais vous pouvez le trouver partout, vous n’avez pas à le chercher ni à aller le chercher, la différence est bien entendu le prix, mais À mon avis, le véritable atout du commerce électronique est la technologie que vous utilisez pour vos services et le parcours global de vos clients. Il s’agit donc d’une entreprise technologique et non d’achat et de vente. ”

L'une des premières tâches de Houzé a été de réorganiser le site Web des Galeries Lafayette, qui devrait devenir une entreprise multilingue de commerce électronique d'ici 2020. Cependant, M. Houzé estime que le commerce électronique ne sera que le sommet de la pyramide, tandis que la transformation numérique du groupe processus beaucoup plus large qui inclut tous les points de contact du parcours client dans les magasins Galeries Lafayette. Le groupe a réalisé trois investissements dans des startups: l’acquisition d’Instant-Luxe, un revendeur de vêtements, et de BazarChic, un site de vente privée, ainsi que l’acquisition d’une participation majoritaire dans La Redoute, un détaillant en ligne et sur catalogue. En 2016, le groupe a lancé l'accélérateur de startups Lafayette Plug And Play afin d'attirer les meilleures startups du monde de la mode et de la vente au détail. «Le numérique et le bricolage sont toujours considérés comme des opposés, et nous n’y croyons pas», ajoute Pascal Abchee. «Nous sommes tous deux convaincus qu'ils sont très complémentaires et c'est aujourd'hui difficile de recréer l'expérience que vous avez dans les magasins sous forme numérique. Il est très important que nous nous concentrions sur cela rapidement, mais nous devons trouver notre ton de voix dans cette histoire. Ici, à Dubaï, nous n’avons pas encore lancé de vente en ligne, nous sommes en train de construire l’infrastructure nécessaire. Nous sommes un petit groupe familial et nous pensons que si vous vous précipitez dans quelque chose quand vous n’êtes pas prêt, cela risque de vous coûter cher. Et si vous entrez dans notre magasin, vous serez surpris du nombre de clients qui se promènent en regardant leur téléphone. Que font-ils? Ils font déjà leurs recherches. Nous devons donc également y répondre numériquement. C’est aussi pour cette raison que la transformation numérique est une scène très vaste, mais le marché est mûr pour elle. »Si les dix premières années de son existence aux Emirats Arabes Unis en sont la preuve, les Galeries Lafayette, âgées de 126 ans, sont là pour rester.

Le fondateur et PDG d'ADMIC, Michel Abchee, et Philippe Houzé, président exécutif du groupe Galeries Lafayette.
Source: Galeries Lafayette

"TREP TALK
Pascal Abchee, directeur général des Galeries Lafayette à Dubaï et au Liban, donne des conseils pour réussir dans le secteur de la vente au détail

«Tout d'abord, vous devez être centré sur le client. À Dubaï, les vents changent, ce qui signifie que les profils des clients changent. Vous devez les identifier rapidement, voire les anticiper si vous le pouvez, et vous devez modifier votre contenu et votre service pour vous adapter à cela. C’est le défi majeur.

"Le second serait de ne pas différer les investissements que vous devez faire, car vous finissez par les faire précipitamment. Faites-les quand vous y pensez pour la première fois, et ne remettez pas à plus tard. C'est une leçon importante que nous avons appris.

"La troisième est de ne pas faire preuve de trop d'enthousiasme dans les bons moments. Les gens ont tendance à penser que le ciel n'a pas de limites et que vous pouvez continuer à toujours. Il est parfois bon de se concentrer uniquement sur ce que vous avez et de ne pas regarder à chaque occasion. Il faut être très calme face aux opportunités qui se présentent à vous et ne jamais surestimer le potentiel du marché. "

Connexes: suivez le chef: Patrick Chalhoub, co-PDG, Groupe Chalhoub