L’information numérique à portée de tous

journaux
5/5 - (2 vote)

Par le passé, les informations ont été partagées de plusieurs manières, notamment par le biais des bibliothèques publiques. De nombreuses personnes comptaient également sur les autres et les médias pour obtenir leurs connaissances. « Malgré cela, les progrès de la technologie informatique ont révolutionné l’accès à l’information, rendant accessibles d’énormes réservoirs d’informations sur le World Wide Web. De nombreuses personnes n’ont toujours pas accès à l’information numérique malgré les énormes changements apportés par la technologie.

Bien des années avant l’arrivée d’Internet, les scientifiques ont reconnu que la façon dont les fausses informations se répandent ressemble beaucoup à une maladie virale. Qu’une affirmation soit vraie ou non, si elle atteint suffisamment de personnes, elle peut prendre une vie propre et devenir un « fait », même si elle est incorrecte.

Les consommateurs de médias n’ont aucune excuse pour ne pas être conscients du fait que les sources d’information respectables ont la responsabilité de transmettre des informations de manière objective et de s’appuyer sur des sources fiables. Pour le lecteur, la vérification des informations qu’il lit relève directement de sa responsabilité.

Si vous avez un site web, un blog ou un compte de médias sociaux, vous pouvez facilement partager vos pensées et vos idées avec le monde entier via ces plateformes. Les médias sociaux ont permis aux créateurs et aux éditeurs de contenu d’atteindre plus facilement un public plus large, et beaucoup en profitent.

En ce qui concerne les articles d’actualité, ils peuvent aller de « vrai mais trompeur » à « entièrement faux ». Les inexactitudes peuvent être le résultat de maladresses honnêtes ou de campagnes de désinformation malveillantes. Disposer d’un vocabulaire pour décrire ces disparités est un élément précieux à avoir dans sa boîte à outils. Lorsque nous lisons quelque chose qui ne colle pas, être familier avec ces concepts nous aide à identifier la source de la confusion.

De nombreux flux de médias sociaux donnent la priorité aux statistiques d’interaction d’un message plutôt qu’à son exactitude ou à sa rigueur, quelle que soit la qualité de la recherche. L’hyperbole et la désinformation peuvent facilement se propager par cette méthode. Même si les entreprises de médias sociaux sont considérées comme des plateformes, elles ne sont pas soumises aux mêmes responsabilités juridiques que les sources médiatiques conventionnelles. Toutefois, cela pourrait changer à mesure que le paysage politique et juridique évolue. Voir aussi : gabjo.fr

Le web est devenu la principale source d’information du monde entier, et il en va de même pour les journalistes. Un large éventail de points de vue et une vaste collection d’informations sont facilement accessibles en ligne, ce qui leur permet de contextualiser les articles. Les articles proviennent de plus en plus de l’internet.

Dans la plupart des cas, la fiabilité des grands organismes de presse est une question de préférence personnelle.