Les services de train entre Paris et le sud-ouest de la France ont été interrompus après le blocage des voies

Les travailleurs des champs de foire manifestent au Mans. Tous les trains entre Paris et le sud-ouest de la France ont été arrêtés. Photo: AFP

Les ouvriers protestataires de l’usine de papier ont bloqué lundi tous les trains entre Paris et le sud-ouest de la France, laissant environ 12 000 passagers victimes de retards et de perturbations. Plus tôt lundi, les manifestants qui protestaient contre le champ de bataille ont bloqué la piste au Mans.

Les manifestants censés travailler à la fabrique de papier d'Arjowiggins – qui est menacée de fermeture – ont occupé les quais de la gare de Vendôme.

La ville se trouve sur la ligne Atlantique à grande vitesse reliant Paris au sud-ouest de la France et la compagnie ferroviaire française SNCF a annoncé qu'elle avait été contrainte d'annuler tous les trains traversant Vendôme depuis lundi 11h.

L’opérateur a déclaré que 24 trains avaient été annulés jusqu’à présent, ce qui a affecté 12 000 passagers.

Depuis 11h, environ 150 salariés de la papeterie Arjowiggins de Bessé sur Braye occupent les voies de la gare de Vendôme (Loir et Cher). Ils ont appris la liquidation quasi certaine de leur usine. pic.twitter.com/M87NvxdQ6r

– France Bleu Maine (@bleumaine) 25 mars 2019

Il a ajouté que des policiers se trouvaient dans le secteur de la gare pour tenter de rétablir l'ordre.

Selon la chaîne de télévision française BFMTV, trois usines sont sur le point de fermer leurs portes en raison des problèmes de l'entreprise, qui affectent plus de 800 emplois.

Séparément, dans les environs du Mans, de violentes manifestations ont eu lieu alors que des travailleurs des champs de foire s’affrontaient avec la police.

Le trafic ferroviaire à travers la ville a également été arrêté après que les manifestants aient bloqué les voies.

(Des manifestants au Mans ont bloqué la voie ferrée. Photo: AFP)

Environ 300 membres de la communauté des champ de foire – certains masqués et cagoulés – ont été impliqués dans des affrontements avec la police anti-émeute au centre du Mans; tandis que d'autres bloquaient les quais de train et une partie de l'autoroute.

Le différend porte sur le choix d’un site de foire populaire en France.

Le conseil municipal a déclaré que la foire était devenue trop grande et trop bruyante pour le centre-ville et a créé un nouveau site à la périphérie de la ville.

Mais des travailleurs de foire furieux ont rejeté le nouveau site, affirmant qu'il s'agissait d'un "parking sans âme".

(La police a tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants au Mans. Photo: AFP)

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a tweeté: "Rien ne peut justifier les abus commis ce matin au Mans.

"Nos forces ont fait face à des attaques de violence inouïe".