Les Nations Unies, la SFI, African Risk Capacity et AAISA œuvrent pour la création de marchés de l'assurance des risques de catastrophe en Afrique – World

Dakar, Sénégal, le 24 juin 2019— Un consortium d'agences de développement international comprenant l'Institut africain des Nations Unies pour le développement économique et la planification (IDEP), African Risk Capacity (ARC), la Société financière internationale (IFC) et l'Association des contrôleurs africains d'assurance, a ouvert ses portes aujourd'hui une formation de deux semaines sur les assurances index et risques de catastrophe.

La formation contribuera à renforcer les connaissances des gouvernements africains, du secteur privé et de la communauté internationale afin de mieux effectuer la planification financière nécessaire pour protéger les populations vulnérables contre les chocs climatiques, les catastrophes et d’autres crises.

Les produits d’assurance contre les risques d’indexation et de catastrophe contribuent à protéger les agro-industries, les agriculteurs et d’autres populations à faible revenu contre les risques environnementaux tels que la sécheresse, les inondations, les précipitations irrégulières, les catastrophes naturelles et les autres effets du changement climatique. L'accès à ces types de produits d'assurance abordables aidera la population touchée à atténuer les effets de ces chocs liés au climat, en la protégeant contre les pertes catastrophiques et en ouvrant l'accès au financement.

Les ateliers de formation – offerts en anglais la première semaine: du 24 au 29 juin; et en français la deuxième semaine: 30 juin – 6 juillet 2019 – permettra aux participants de discuter des moyens d'exploiter leurs forces relatives pour mettre en œuvre avec succès ces types d'assurance novateurs dans leur pays.

Dans son allocution, UN-ASG et le directeur général de l'ARC, Mohamed Beavogui, ont déclaré: «Le renforcement des capacités est essentiel pour nos efforts de coopération avec les États membres. ARC et ses partenaires collaborent avec les États membres pour fournir des instruments d’assurance-développement en déterminant les profils de risque, en adaptant ses outils et en élaborant un plan d’intervention d’urgence adapté au cadre plus large du pays en matière de gestion des risques. Cela contribue à renforcer la résilience et à protéger les gains de développement contre l'effacement des risques liés aux conditions météorologiques.

Faheen Allibhoy, responsable pays de la SFI pour le Sénégal, a déclaré: «Le Groupe de la Banque mondiale s'est engagé à travailler avec l'Union africaine et la CEA pour créer de nouveaux marchés viables de l'assurance de l'agriculture et des risques de catastrophe en Afrique subsaharienne. En travaillant ensemble, nous pouvons obtenir de meilleurs résultats combinés qui contribuent aux objectifs de développement des trois institutions. ”

L’un des promoteurs de la formation, l’Institut africain de développement économique et de planification (IDEP), est l’institut de formation de la CEA. Il est responsable de la mise en place de programmes de développement des capacités et de formation visant à améliorer la gestion du secteur public et la planification du développement à l’appui de la transformation structurelle des États membres. En outre, il contribue à renforcer la capacité des États membres d’élaborer et d’adopter de meilleures approches en matière de planification du développement, de formulation des politiques économiques, de gestion, de suivi et d’évaluation.

L'atelier de formation de Dakar est la première d'une série d'activités qui seront menées conjointement par les trois institutions. Parmi les participants figurent des représentants des ministères de l'Agriculture et des Finances, des régulateurs d'assurances, des médias ainsi que des compagnies d'assurance offrant (ou envisageant d'offrir) des assurances indicielles et contre les risques de catastrophe en Afrique subsaharienne, originaires du Tchad, du Burkina Faso et de la République démocratique du Congo. , Mauritanie, Guinée, Niger, Sénégal, Côte d'Ivoire, Kenya, Malawi et Zimbabwe.

PREND FIN

Notes aux rédacteurs

À propos de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique:

La Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) est la principale institution du savoir en Afrique. Il a été créé par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies avec pour mandat de promouvoir un développement inclusif et durable en vue d'accélérer la diversification économique et la transformation structurelle de l'Afrique, conformément au Programme de développement durable à l'horizon 2030. et Agenda 2063: l’Afrique que nous voulons. La CEA aide les États membres à développer et à transformer les secteurs clés de la croissance en se concentrant sur la création d'emplois, la numérisation, la diversification, l'industrialisation, l'urbanisation, la transformation, le commerce, le genre, la connectivité, l'innovation, l'intégration, la protection sociale, les compétences, les flux financiers illicites, les données et la paix et la sécurité. Il fournit également de puissantes plateformes de rassemblement pour la promotion des intérêts nationaux, sous-régionaux et régionaux de l'Afrique, ainsi que pour la mise en œuvre d'actions en faveur d'une Afrique autonome, transformée et dotée de l'autonomie.

À propos de l'Institut africain de développement économique et de planification:

L’Institut africain de développement économique et de planification (IDEP) est l’institut de formation de la CEA; il est chargé de développer les capacités et les programmes de formation visant à améliorer la gestion du secteur public et la planification du développement à l’appui de la transformation structurelle des États membres. Il contribue à renforcer la capacité des États membres d’élaborer et d’adopter de meilleures approches en matière de planification du développement, de formulation des politiques économiques, de gestion, de suivi et d’évaluation. Les programmes et activités de développement, de conseil et de dialogue politique de l’IDEP ciblent les hauts fonctionnaires et les hauts fonctionnaires des gouvernements africains, avec une attention particulière pour la prochaine génération de jeunes professionnels et de femmes fonctionnaires.

À propos du Global Insurance Insurance Facility:

Le Global Index Insurance Facility (GIIF) est un programme multidonateurs qui a été créé pour remédier à la pénurie d’assurances abordables contre les intempéries et les risques catastrophiques dans les pays en développement et les pays émergents. Son objectif principal est de promouvoir le développement de marchés efficaces et durables en matière d’assurance climatique et d’assurance contre les risques catastrophiques dans ces pays. Ce mécanisme fait partie de la pratique mondiale Finance, compétitivité et innovation du Groupe de la Banque mondiale et est financé par: la Commission européenne / la
Groupe des États des Caraïbes et du Pacifique (ACP); le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas; le Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ); et le ministère des Finances du Japon.

Le portefeuille du GIIF couvre 10 pays d’Afrique subsaharienne, à savoir le Cameroun, la Côte d’Ivoire,
Kenya, Malawi, Mozambique, Nigéria, Rwanda, Sénégal, Tanzanie et Zambie. Le GIIF a passé plus de 4,4 millions de contrats avec des agriculteurs et des micro-entrepreneurs africains, offrant ainsi un accès à un financement à environ 22 millions de personnes, dont environ 545 millions USD générés en financement et en intrants.

À propos de l'IFC

La SFI, organisation sœur de la Banque mondiale et membre du groupe de la Banque mondiale, est la plus grande institution mondiale de développement axée sur le secteur privé dans les marchés émergents.
Nous travaillons avec plus de 2 000 entreprises dans le monde entier. Nous utilisons notre capital, notre expertise et notre influence pour créer des marchés et des opportunités dans les régions les plus difficiles du monde. Au cours de l'exercice 2018, nous avons fourni plus de 23 milliards de dollars de financement à long terme aux pays en développement, exploitant ainsi le pouvoir du secteur privé pour mettre fin à l'extrême pauvreté et renforcer la prospérité partagée. Pour plus d'informations, visitez le site www.ifc.org. Contacts pour les médias: SFI: À Johannesburg, Pauline Delay Phone: +27 11 731 3048; E-mail: [email protected]

Restez connecté: www.facebook.com/IFCwbg; www.twitter.com/IFC_org www.youtube.com/IFCvideocasts; www.ifc.org/SocialMediaIndex; www.instagram.com ifc_org

À propos de l'ARC

À propos de la capacité de risque en Afrique (ARC): ARC comprend l’ARC Agency et la ARC Insurance Company Limited (ARC Ltd). L'agence ARC Agency a été créée en 2012 en tant qu'institution spécialisée de l'Union africaine afin d'aider les États membres à renforcer leurs capacités afin de mieux planifier, préparer et faire face aux catastrophes liées aux conditions météorologiques. ARC Ltd est une structure d’assurance mutuelle fournissant des services de transfert de risque aux États membres grâce à la mutualisation des risques et à l’accès aux marchés de la réassurance; il appartient aux États membres dotés de polices d'assurance actives, tandis que la KfW Development Bank et le Department of International Development du Royaume-Uni contribuent au capital.
Avec le soutien du Royaume-Uni, de l'Allemagne, de la Suède, de la Suisse, du Canada, de la France,
ARC et la Rockefeller Foundation et les États-Unis aident les États membres de l'UA à réduire les risques de pertes et de dommages causés par les phénomènes météorologiques extrêmes affectant les populations africaines en fournissant, par le biais d'une assurance souveraine contre les risques de catastrophe, des réponses ciblées aux catastrophes naturelles dans des délais plus rapides et plus économiques. manière efficace, objective et transparente. L'ARC utilise maintenant son expertise pour aider à lutter contre certaines des plus grandes menaces auxquelles le continent est confronté, notamment les épidémies et les épidémies.

African Risk Capacity-Une institution spécialisée de l'Union africaine, Secrétariat ARC, N ° 1 Eglin Road, Sunninghill 2157, Johannesburg, Afrique du Sud Tél: +27 (0) 11 517 1535 Fax: +27 (0) 11 517 1642 www.africanriskcapacity .org; Twitter: @ARCapacity,

CONTACT MEDIA: Chinedu Moghalu Téléphone: +27833087068; Courriel: [email protected]; [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *