Les médias capturés en Europe centrale et orientale par Marius Dragomir

On peut soutenir que la liberté de la presse en Europe centrale et orientale est à son plus bas niveau depuis que les dictatures de la région ont été renversées au début des années 90. Les oligarques locaux achetant des points de vente et les opérateurs de médias étrangers fuyant la région, il est probable que la situation se détériore davantage.

BUDAPEST – Dans son édition du 22 mars, l'hebdomadaire slovène Mladina présentait en couverture le dessin animé du Premier ministre hongrois Viktor Orbán effectuant un salut nazi alors que des politiciens de droite du SDS (Parti démocrate slovène) l'avaient embrassé. Et Orbán, dont les gouvernements ont revendiqué un contrôle quasi total sur les médias de son pays, ne l’avait pas laissé tomber.

L'économie dont nous avons besoin
        

Keith Bishop / Getty Images
    

                
    La fièvre du Brexit éclate
        

Artur Widak / NurPhoto via Getty Images
    

                
    Le grand compte du capitalisme
        

nuvolanevicata / Getty Images

précédent
                Suivant

La caricature était liée à un article sur la décision du Parti populaire européen – un groupe transnational de partis politiques de centre-droit qui, depuis 1999, a conservé le plus grand nombre de sièges au Parlement européen – de suspendre l'adhésion du parti Fidesz à Orbán . Le SDS s'était fermement opposé à cette décision, menaçant même de quitter le PPE si Fidesz était expulsé.

L’ambassade de Hongrie en Slovénie a réagi rapidement à la publication du dessin animé, exigeant que le ministère des Affaires étrangères du pays «prévienne des incidents similaires à l’avenir». Zoltán Kovács, l’un des flunkies les plus dévoués d’Orbán, a critiqué la sympathie de gauche de Mladina dans un blog.

Mais le gouvernement slovène n’a pas bougé, soulignant qu’il respectait «strictement» la liberté de la presse. Le contraste avec le gouvernement hongrois – dont la tolérance à la dissidence a plongé dans de nouvelles profondeurs ces dernières années – ne pourrait pas être plus net.

Depuis 2013, la Hongrie a perdu 31 places dans l’indice de la liberté de la presse de Reporters sans frontières. Avec plus des trois quarts des médias hongrois désormais contrôlés par des oligarques pro-Fidesz, la Hongrie se classait au 87ème rang en 2019, derrière la Sierra Leone, le Kirghizistan et El Salvador.

Il y a peu de raisons de s'attendre à un changement positif. En novembre dernier, les oligarques propriétaires des médias hongrois ont fait don d’un total de 476 points de vente, y compris des chaînes de télévision populaires et des portails d’informations, à la Fondation de la presse et des médias d’Europe centrale (KESMA). Selon l’un des derniers médias indépendants hongrois, Atlatszo, KESMA a été créé spécifiquement pour regrouper tous les actifs médiatiques progouvernementaux.

Abonnez-vous maintenant

Abonnez-vous maintenant

Obtenez un accès illimité à OnPoint, Big Picture, et à l’ensemble des archives de PS, qui contient plus de 14 000 commentaires, plus notre magazine annuel, pour moins de 2 $ par semaine.

SOUSCRIRE

Mais la situation désespérée de la liberté des médias en Hongrie n’est que le début. Des modèles et pratiques similaires de capture des médias se multiplient maintenant en Europe centrale et orientale. Deux tendances se dégagent.

Le premier est l’imitation, les gouvernements de la région tirant des enseignements de leurs voisins, en particulier de la Hongrie. Après que le Fidesz ait remporté les élections de 2010, le nouveau gouvernement a nommé des loyalistes du parti pour diriger le radiodiffuseur de service public. Le parti au pouvoir en Pologne, Law et Justice (PiS), a adopté exactement le même modèle après sa victoire en 2015.

La deuxième tendance, plus inquiétante, est l’expansion transfrontalière des structures oligarchiques, dirigée par les loyalistes d’Orbán. Au cours des deux dernières années, des hommes d’affaires hongrois liés à Orbán ont pris le contrôle agressif des médias en Europe centrale et orientale, notamment NOVA24TV.si en Slovénie, Alfa TV en Macédoine et des journaux en langues hongroise et roumaine gérés par Russmedia en Roumanie.

Les oligarques du secteur financier développent également rapidement leurs activités médiatiques en Europe centrale et orientale. Les entreprises incluent Penta Investments, une entreprise slovaque qui a acheté des médias dans son pays et dans la République tchèque voisine; J & T, un autre groupe financier qui investit directement et indirectement dans les médias; et PPF Media, un conglomérat contrôlé par Petr Kellner, l’un des entrepreneurs les plus riches de la République tchèque.

Il y a ensuite Czech Media Invest (CMI), dirigé par Daniel Křetínský, avocat et entrepreneur qui travaillait auparavant pour J & T. CMI a réalisé des acquisitions dans les médias non seulement en République tchèque et en Roumanie, mais également en Europe occidentale: en 2018, Křetínský a acquis une participation dans le quotidien français Le Monde.

La participation accrue des oligarques et des grands groupes financiers aux médias, conjuguée aux attaques incessantes des gouvernements, a étouffé les reportages indépendants dans la région et poussé les opérateurs de médias étrangers à fuir. Au cours de la dernière décennie, 11 des 17 plus importants propriétaires de médias étrangers d'Europe centrale et orientale ont quitté la région en raison de pressions politiques croissantes et d'une baisse des revenus.

En février, le conglomérat suédois de radiotélévision MTG a vendu Nova Broadcasting, le principal opérateur de télévision commerciale bulgare, à deux entrepreneurs locaux investissant dans le transport maritime, les produits pharmaceutiques et les clubs de football. La vente a marqué la sortie de MTG du pays. Un groupe de groupes financiers de Slovaquie et de République tchèque regarde Markíza TV, la chaîne de télévision la plus populaire de Slovaquie.

En raison de ces tendances, la liberté de la presse en Europe centrale et orientale est sans doute à son plus bas niveau en trois décennies depuis le renversement des dictatures communistes de la région. Et il est probable que la situation se détériorera davantage, les oligarques de la région continuant de combler le vide en matière de propriété laissé par les opérateurs de médias étrangers.

À ce rythme, le gouvernement hongrois n'aura bientôt plus besoin de demander à un gouvernement étranger d'étouffer les critiques des médias. Orbán demandera simplement à ses compagnons de s'en occuper.