Les magnats français du luxe lancent la "bataille de la générosité" de Notre-Dame

Comme le feu dévastateur qui a ravagé Notre Dame la cathédrale a été éteinte et l'attention s'est tournée vers reconstruction de l’emblème de Paris, deux familles milliardaires rivales ont émergé en tant que protagonistes de l’effort de collecte de fonds.

Les Pinaults, propriétaire du conglomérat de luxe Kering, ont annoncé une contribution de 100 millions d'euros à la holding familiale Artemis lundi soir avant la fin de l'incendie. «Face à une telle tragédie, chacun souhaite redonner vie à ce joyau de notre patrimoine», a déclaré François-Henri Pinault, président-directeur général de Kering.

Mardi matin, la famille Arnault, propriétaire de LVMH, le plus grand groupe de luxe au monde, a réalisé un don double, soit 200 millions d’euros pour effort de restauration.

"La famille Arnault et le groupe LVMH, en solidarité avec cette tragédie nationale, sont associés à la reconstruction de cette cathédrale extraordinaire, symbole de la France, de son patrimoine et de son unité", a déclaré la famille dans un communiqué mardi.

Cette solidarité avec Notre-Dame, monument important de notre patrimoine, n’a rien d’étonnant puisque le secteur du luxe est un grand protecteur de la culture.

L’annonce de la contribution de Pinault a déclenché l’empressement des donateurs français et internationaux à se joindre à l’effort.

Plus de 700 millions d'euros avaient été débloqués mardi. Le groupe énergétique français Total a promis 100 millions d'euros et la famille Bettencourt Meyers – principal actionnaire de la société de cosmétiques L'Oréal – a déclaré cela aux côtés de L'Oréal et de la Fondation Bettencourt Schueller ils donneraient conjointement 200 millions d'euros. Le géant américain de la technologie Apple a également promis de contribuer.

Anne Hidalgo, maire socialiste de Paris, a annoncé une contribution de 50 millions d'euros à la ville elle-même et a proposé la tenue d'une "grande conférence internationale des donateurs qui pourrait se tenir à l'hôtel de ville".

La reconstruction de Notre-Dame est devenue la dernière frontière de la rivalité entre le propriétaire de LVMH, Bernard Arnault – le plus riche d’Europe – et la famille Pinault.

Leur combat remonte aux années 1990, lorsque Kering était connu sous le nom de PPR et était dirigé par François-Henri Pinault, le père de l’actuel président de la société. L'aîné, M. Pinault, a mené une bataille acharnée et acharnée contre M. Arnault pour le contrôle de la marque de luxe italienne Gucci.

Le jeune M. Pinault, qui dirige Kering depuis 2005, a récemment provoqué le vieil adversaire de son père en déclarant que Gucci, le label phare en plein essor de son groupe, pourrait un jour éclipse Louis Vuitton de LVMH – la plus grande marque de luxe au monde.

Au cours des dernières années, les deux familles ont également poursuivi une stratégie similaire de projets de construction ambitieux à Paris, notamment liés à l'art contemporain.

En 2014, M. Arnault a inauguré la Fondation Louis Vuitton, conçue par Frank Gehry, une musée d'art à l'ouest de Paris, qui sera un jour offert à la ville. Dans le même temps, une ancienne bourse de produits du centre de Paris, la Bourse de commerce, est en train de devenir un musée présentant des œuvres de la vaste collection d’œuvres de M. Pinault.

«Si c’est le genre de concurrence que nous avons entre les entreprises, c’est une excellente compétition à avoir», a déclaré Luca Solca, analyste de recherche senior chez Bernstein.

Mario Ortelli, associé directeur chez Ortelli & Co, conseiller du secteur du luxe, a déclaré: «Cette fois, ce n’est pas une bataille de reprendre une société cotée en bourse. C’est une bataille de générosité. "

Leurs dons reflètent le rôle démesuré que les deux familles jouent dans la culture française et démontrent le lien profond qui existe entre l’industrie française du luxe et la préservation du patrimoine du pays.

"Si M. Pinault peut promettre 100 millions d’euros, M. Arnault jugera tout à fait approprié de s’engager davantage, étant donné que la capitalisation boursière de LVMH est plus importante", a déclaré M. Solca.

La valeur nette totale de M. Arnault s’élève à 90,4 milliards de dollars. Il est la troisième personne la plus riche au monde, derrière Jeff Bezos d’Amazon et Bill Gates de Microsoft, selon le Bloomberg Billionaires Index. François Pinault, père de François-Henri Pinault, a une valeur de 37,3 milliards de dollars et est classé 23e par Bloomberg.

«Je suis particulièrement touchée par la réaction rapide des deux entrepreneurs du luxe», a déclaré Elisabeth Ponsolle des Portes, présidente et directrice générale du Comité Colbert, l'association française du secteur du luxe. «Cette solidarité avec Notre-Dame, monument important de notre patrimoine, n’a rien d’étonnant puisque le secteur du luxe est un grand protecteur de la culture.»

Les autres donateurs du fonds Notre-Dame incluent Marc Ladreit de Lacharriere, chef du groupe qui dirige l’agence de notation Fitch, qui a promis 10 millions d’euros; la famille Bouygues, qui possède un conglomérat de télécoms et de la construction et a annoncé une contribution de 10 millions d'euros; JCDecaux, le groupe français de publicité extérieure, qui a promis 20 millions d'euros; et la banque française Société Générale, qui a promis 10 millions d'euros.

Henry Kravis, cofondateur du groupe de capital-investissement KKR et son épouse Marie-Josée Kravis, ont donné 10 millions de dollars.

Dans le même temps, la Fondation du Patrimoine, une organisation privée dédiée à la sauvegarde du patrimoine culturel et naturel français, a lancé un appel aux dons pour aider à la reconstruction de la cathédrale et a annoncé qu'elle avait déjà levé près de 4 millions d'euros.

Mardi, la Fondation des Amis de Notre-Dame de Paris, une organisation qui levait des fonds pour l'entretien et la restauration de la cathédrale, a exprimé sa frustration après le fait que l'incendie de lundi avait provoqué plus de quatre fois les 150 millions d'euros demandés en 2014 pour des travaux de restauration, qui avaient difficile à réunir – avait été annoncé.

Mais Michel Picaud, responsable de la fondation, s'est dit "reconnaissant" à ceux qui ont fait des dons, ajoutant: "Nous avons absolument besoin que les milliardaires contribuent à cela, car le travail est maintenant vraiment énorme."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *