Les «Américains accidentels» en France accroissent la pression sur les États-Unis pour leurs factures d'impôts

Cela signifie que beaucoup se voient imposer d'énormes factures d'impôts dans un pays avec lequel ils ne sont pas familiers et qu'ils ont très peu d'argent pour payer.

Il y a deux semaines, plus de 400 «Américains accidentels» en France ont envoyé une lettre aux 124 démocrates élus aux États-Unis dans le cadre de leur campagne visant à s'affranchir du paiement de leurs impôts.

LIRE AUSSI:

Photo: AFP

L'un des problèmes mis en évidence est que, pour bon nombre de personnes concernées, l'annulation de leur citoyenneté n'est pas un simple cas, car le lancement de la procédure coûte plus de 3 000 $ US en plus des frais juridiques et comptables.

"Le système fiscal américain est gravement préjudiciable aux" Américains accidentels ", dont la plupart ne peuvent se permettre de renoncer à la citoyenneté américaine", indique la lettre.

Selon la Fédération bancaire européenne (EBF), plus de 300 000 personnes dans l'Union européenne sont des "Américains accidentels".

Président de l'Association des Américains accidentels, un groupe de campagne voué à la défense des droits des personnes touchées en France, Fabien Lehagre a également envoyé une copie de toutes les lettres à plusieurs personnalités politiques américaines, dont Nancy. Pelosi, président de la Chambre des représentants des États-Unis.

"Nous exhortons le Congrès des États-Unis à passer à la taxation basée sur le lieu de résidence, à abroger la FATCA et à permettre à ceux des Américains accidentels qui souhaitent renoncer à la citoyenneté américaine de le faire par le biais d'une procédure simple et gratuite", a déclaré Lehagre à The Local.

La loi FATCA (Foreign Account Tax Compliance Act), signée en 2010, a été créée pour mettre un terme à l'évasion fiscale des Américains possédant des avoirs financiers à l'étranger après qu'un scandale financier ait révélé que les contribuables américains cachaient des millions de dollars à l'étranger.

Une fois la FATCA signée par la plupart des pays du monde, les banques étrangères étaient tenues de se conformer à la loi en demandant aux citoyens de fournir leur numéro d’identification fiscale américain et des informations sur les comptes financiers détenus par des citoyens américains à l’Internal Revenue Service (IRS) au États Unis.

Le Trésor américain a mis en place un moratoire visant à exempter les banques européennes de la récupération de ce chiffre auprès des "Américains accidentels". devrait se terminer le 31 décembre 2019.

LIRE AUSSI:

Photo: AFP

Lehagre, 33 ans, est un directeur commercial en France qui a lui-même la double nationalité franco-américaine.

Dans la situation de Lehagre, sa banque française l'a contacté pour lui demander son numéro d'identification fiscale en 2014 mais, croyant que c'était une erreur, il a ignoré la demande malgré des avertissements répétés.

Mais après quelques recherches, il réalisa que ce n'était pas une erreur et qu'il était aussi un "Américain accidentel".

Lehagre, qui n'a vécu que très peu de temps aux États-Unis et dont la mère est une Singapouro-américaine, a déclaré qu'il était "forcé à entrer dans le système administratif qui oblige [him] remplir des formulaires, payer un avocat et avoir [his] comptes bancaires examinés. "

Il a créé un collectif en 2015 et est devenu l’Association des Américains accidentels et l’Union européenne est maintenant au courant de leurs problèmes.