Le régulateur financier français propose d'interdire les cryptomonnaies anonymes

Le président du comité des finances de De la France Assemblée nationale, Eric Woerth, suggère une interdiction de l'anonymat crypto-monnaies, ou soi-disant pièces de la vie privée. Woerth a exprimé sa position dans une récente rapport sur les actifs cryptographiques et blockchain La technologie.

Woerth envisage d’interdire les monnaies numériques qui offrent un plus grand anonymat aux utilisateurs dans le rapport, en précisant:

"Il aurait également été approprié de proposer une interdiction de la diffusion et du commerce des [cryptocurrencies built] assurer l'anonymat complet en empêchant toute procédure d'identification, à dessein. […] C’est le cas pour un certain nombre de [cryptocurrencies] (Monero, PIVX, DeepOnion, Zcash…) dont le but est d'éviter toute possibilité d'identification des titulaires. À ce jour, la réglementation n’est pas allée aussi loin.

En dehors de cela, Woerth aborde les problèmes possibles liés aux crypto-monnaies, notamment fraude, évasion fiscale, blanchiment d’argent et énergie consommation. «La distinction entre les différents usages de [cryptocurrencies] Nous devons continuer à mettre en place un régulateur plus fin et plus précis qui protège l’intérêt général, ainsi que les intérêts privés des entrepreneurs de ce domaine », a ajouté le président.

En avril de l'année dernière, Japonais régulateurs suggéré mesures similaires en empêchant les bourses de cryptomonnaie d'échanger des altcoins axés sur l'anonymat Dash (TIRET) et Monero. “Il faudrait discuter sérieusement de la question de savoir si des échange de crypto-monnaie devraient être autorisés à utiliser de telles devises », a déclaré un membre non identifié de l'autorité de contrôle du pays, la Financial Services Authority.

En décembre dernier, la chambre basse du parlement français rejeté amendements au projet de loi de finances de 2019 qui allégeraient la fiscalité liée à la cryptographie. Le Parlement a rejeté quatre propositions au total. L'un des amendements proposait d'augmenter le volume annuel des transactions relevant de l'exonération fiscale de 305 euros (environ 341 dollars) à 3 000 euros (3 359 dollars), voire 5 000 euros (5 599 dollars).

En 2017, le président français Emmanuel Macron m'a dit il voudrait que la France devienne une "jeune nation", mais la position générale de la France à l'égard des monnaies numériques reste vague. En novembre dernier, la banque centrale du pays refusé d’approuver un plan qui permettrait à des milliers de kiosques à tabac de vendre du Bitcoin (BTC) à partir de janvier 2019.