Le plus grand réseau d'entreprises français garde les yeux rivés sur l'Azerbaïdjan

L'Azerbaïdjan continue d'attirer des entrepreneurs et des hommes d'affaires européens. Le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), une fédération d’entreprises basée à Paris, a récemment envoyé une délégation de chefs d’entreprise à Bakou.

La délégation, dirigée par le président du MEDEF, Geoffroy Roux de Bézieux, a rencontré le président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev, le premier vice-président, Mehriban Aliyeva, ainsi que d’autres hauts fonctionnaires, afin de discuter du potentiel des entreprises françaises à investir dans la plus grande économie du Caucase du Sud.

«Le développement économique de l'Azerbaïdjan se poursuit rapidement. À l'heure actuelle, nous travaillons principalement à la diversification de notre économie. Parce que c’est une priorité essentielle ", a déclaré mercredi le président Aliyev lors de sa rencontre avec la délégation du MEDEF, selon le site officiel du président.

«Aujourd'hui, notre tâche principale est de réduire la dépendance à l'égard du secteur pétrolier et gazier. Nous essayons de faire de notre mieux pour diversifier notre économie. Ce n'est pas facile, mais je pense que nous avons bien progressé. ”

Au cours de l’année en cours, l’Azerbaïdjan a enregistré une croissance de 15% dans le secteur de l’énergie et de 13% dans le secteur de l’agriculture, illustrant ce que le président Aliyev appelle la «politique de diversification» de Bakou.

«Le MEDEF est une organisation de 170 000 entreprises membres. Il est très important pour nous de soutenir ces entreprises et de les convaincre que l'Azerbaïdjan a un grand potentiel [for business], Dit de Bézieux, pour sa part.

La réunion du MEDEF mercredi à Bakou était la sixième du genre entre l’organisation et des représentants du gouvernement azerbaïdjanais. La délégation française comprenait des entreprises représentant 12 secteurs, tels que la banque, la construction, l’énergie, l’environnement, la promotion de manifestations et les nouvelles technologies.

En 2017, 50 entreprises françaises opéraient en Azerbaïdjan, ce qui représentait des investissements d'environ 2 milliards de dollars. Les deux parties disposent également d'une chambre de commerce et d'industrie, créée en 2014 par quatre entreprises azerbaïdjanaises et quatre françaises.

Le climat des affaires et des investissements en Azerbaïdjan s’est amélioré ces dernières années. Dans le rapport sur la facilité à faire des affaires publié par la Banque mondiale pour 2019, l’Azerbaïdjan se classait au 25e rang des 190 pays. En 2017, il se situait à 57. Le pays a surpassé ses voisins de la région caspienne: le Kazakhstan classé à 28, la Russie à 31 et l'Iran lourdement sanctionné à 128.