Le Ouzo, la liqueur nationale de Grèce

Transparent, doux et chaud : Trois caractéristiques du Ouzo, la liqueur nationale de Grèce, qui, selon beaucoup, peuvent également être appliquées au caractère des Grecs eux-mêmes. Sans aucun doute, la meilleure boisson pour profiter d’une soirée au bord de la mer sur les îles de la mer Égée ou d’un dîner dans une taverne d’Athènes.

Pour le touriste qui voyage à travers ces terres, c’est un apéritif qui est pris froid, avec de la glace ou dilué avec de l’eau, et est également un digestif aux essences de raisin et de réglisse, ideal après un bon repas, un peu similaire à l’anisette française, bien que plus forte. Cependant, pour les Grecs, l’ouzo est quelque chose de plus que cela: c’est un élément essentiel de toute fête ou célébration. Et, oui, il faut le prendre avec modération.

Lesbos, berceau de l’Ouzo

Il est vrai que l’ouzo est consommé et produit dans différentes parties de la géographie grecque, mais le lieu de naissance de cette boisson, où est née l’invention, est l’île de Lesbos, au large des côtes turques.

Là, dans l’ancien Mytilène, on trouve l’emblématique Musée Ouzo, l’endroit idéal pour découvrir tous les secrets de cette boisson spiritueuse, ses origines et sa production. Bien sûr, on peut y essayer différentes variétés et comparer leurs arômes.

En plus des marques traditionnelles, produites sur ou hors de l’île, de nombreux Grecs continuent à distiller leur propre ouzo maison jusqu’à ce jour en suivant la méthode traditionnelle et en étiquetant les bouteilles avec leur nom.

Pour identifier un ouzo grec authentique, il faut voir s’il est produit en Grèce ou à Chypre, distillé dans des alambics en cuivre à partir de graines d’anis et de la résine d’un mastic indigène sur l’île de Chios. Le fenouil peut être également ajoute. Pour finir, il faut savoir que le degré d’alcool doit se situer entre 55% et 80% du volume.