Le ministre français assure l'assistance à l'Angola dans le secteur agricole en mettant l'accent sur la formation du personnel

La France dispose de 1,5 million d'euros pour soutenir des projets agricoles en Angola, dans le cadre d'un partenariat entre les deux pays. Crédit d'image: Facebook / Didier Guillaume

Le gouvernement français a réitéré sa disponibilité pour aider l'Angola à développer l'agriculture, en mettant l'accent sur la formation du personnel.

La promesse est venue du ministre français de l'Agriculture et de l'Alimentation, Didier Guillaume. C'est ce qu'il a déclaré à la presse à l'issue d'une audience accordée par le chef de l'Etat, João Lourenço, lundi 1er avril à Luanda, la capitale de l'Angola.

Didier Guillaume a déclaré que le processus de formation sera axé sur l'enseignement technique et professionnel et l'enseignement supérieur. Au cours de l'audience, le ministre français a remis au président angolais une lettre de son homologue français, Emmanuel Macron, dont le contenu n'a pas été révélé.

La France dispose de 1,5 million d'euros pour soutenir des projets agricoles en Angola, dans le cadre d'un partenariat entre les deux pays. À son tour, le ministre angolais de l'Agriculture et des Forêts, Marcos Nhunga, qui a accompagné le fonctionnaire français au Palais présidentiel, a mentionné la formation du personnel comme une priorité, ainsi que le travail dans la production de coton et de vaccins.

Marcos Nhunga a évoqué la nécessité de professionnaliser les instituts d'agriculture agraire du pays et a souligné qu'une visite dans la province de Malanje, dans le nord du pays, avec son homologue français, devait se rendre mardi à l'Institut de l'enseignement agroalimentaire.

L'audience accordée au responsable français a lieu onze mois après la visite du président João Lourenço en France. Les relations entre l'Angola et la France remontent à janvier 1977. Il y a environ 70 sociétés françaises présentes en Angola et près de 2 500 ressortissants français travaillant dans le pays.

La société pétrolière française Total est l'un des plus importants producteurs de pétrole en Angola et opère également dans le secteur non pétrolier, à l'instar du secteur des boissons, où Castel est l'un des actionnaires majoritaires de la société de bière angolaise Cuca.

Avec les contributions des agences.

Lire aussi: Le président angolais João Lourenço s'entretiendra à Moscou avec Vladimir Poutine