Le G7 français veut générer 3 milliards de dollars de prêts pour les femmes entrepreneurs

Logo du prochain sommet du G7 à Biarritz, en France. Photo de: REUTERS / Charles Platiau

PARIS – La France souhaite que les pays du G-7 utilisent une combinaison de garanties, d’équité et d’assistance technique pour générer des prêts de 3 milliards de dollars au bénéfice de femmes entrepreneurs africaines, ce qui constituera l’un de ses principaux «résultats» lors du sommet qui se tiendra à Biarritz le mois prochain, ont déclaré des responsables à Devex.

Les organisations de la société civile ont rencontré les ministres français lors d’une série de tables rondes organisées mardi à Paris dans le cadre des priorités du G-7, qui incluent les inégalités, la numérisation, le climat et les droits des femmes, l’accent étant mis sur la région du Sahel.

«L’Afrique est au menu de toutes les réunions du G-7 ou du G-8 depuis au moins 15 ans. Nous faisons les déclarations, [then] rien."

– À. Moussa Tchangari, secrétaire général, Alternative Espaces Citoyens

Philippe Étienne, la nouvelle ambassadrice de France aux États-Unis chargée de l’organisation du G-7, a donné aux participants un aperçu de ce à quoi s’attendre du sommet des 24 et 26 août. Il a évoqué les initiatives visant à développer les réseaux numériques en Afrique, à améliorer la transparence du marché et à soutenir les femmes entrepreneurs.

Des pays tels que le Rwanda, l’Afrique du Sud, l’Égypte et le Sénégal ont été invités à participer à la planification du programme du G-7 au lieu de faire venir des chefs d’État africains pour lire des déclarations préparées comme les années précédentes, a indiqué un responsable français de parler sous condition d'anonymat, a déclaré à Devex.

Le responsable a déclaré que le plan de soutien aux femmes entrepreneures avait été conçu avec la Banque africaine de développement et élargirait les travaux du programme Action financière positive en faveur des femmes en Afrique.

Les pays du G-7 seront encouragés à fournir une assistance technique pour aider à éliminer les obstacles à l’accès des femmes au financement, à allouer des garanties budgétaires et à accroître les fonds propres du Fonds africain de garantie dirigé par la BAD, qui vise à faciliter l’accès au financement des PME africaines.

L’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et le Canada figurent parmi ceux qui sont intéressés par un financement, a ajouté le responsable, ajoutant que le montant total des donateurs restait un «chantier en cours», mais que l’objectif est de générer des prêts de 3 milliards de dollars auprès des banques locales. pour les femmes entrepreneurs.

Sophie Chassot, chargée de plaidoyer chez CARE France, a déclaré à Devex que l’initiative ne réussirait que si elle s’inscrivait dans le cadre d’une stratégie plus large visant à lutter contre les normes sociales néfastes et à améliorer l’accès des femmes aux services de base, ainsi que la santé et les droits sexuels et reproductifs.

"Nous appelons tous les pays du G-7 à s'engager dans cette initiative avec de nouveaux engagements financiers", a déclaré Chassot, ajoutant que celle-ci devrait être assortie d'objectifs spécifiques et de mécanismes de suivi. «Cet argent doit s’ajouter au fonds de 120 millions d’euros [$135.5 million] pour les organisations féministes créées par la France il y a quelques mois », a-t-elle souligné.

Recevez quotidiennement les titres les plus importants du développement dans votre boîte de réception.

Merci pour votre subscription!

Un autre participant avait également pensé à un suivi adéquat lors de la consultation de mardi.

À. Moussa Tchangari, secrétaire général d'Alternative Espaces Citoyens, une ONG au Niger, a déclaré lors d'une table ronde: «L'Afrique est au menu de toutes les réunions du G7 ou du G8 depuis au moins 15 ans. Nous faisons les déclarations, [then] rien."

Les ONG ont présenté leurs propositions mardi après-midi au ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui est intervenu après le report du président Emmanuel Macron à Bruxelles, en Belgique. Macron a envoyé ses excuses via une vidéo sur Twitter, promettant d’étudier les suggestions et d’expliquer les négociations sur les nouveaux dirigeants des institutions de l’Union européenne, contribuait au succès des priorités de la France dans le G-7.

Les idées des ONG vont d’appels vagues en faveur d’une plus grande justice sociale à des propositions spécifiques telles que chaque pays du G-7 nomme un conseiller pour la jeunesse.

La consultation de la société civile avait été initialement planifiée pour le début de l’année mais a été reportée à la dernière minute, ce qui a provoqué la colère des ONG qui avaient organisé des vols pour que les invités puissent y assister.

Les ONG sont également mécontentes de ne pas avoir été autorisées à accéder à l'espace presse de Biarritz. Philippe Jahshan, président de Coordination SUD, une coalition d'ONG françaises, a rappelé à Étienne que cet accès était habituel lors des réunions du G7 et qu'il était "essentiel" de garantir un rôle approprié à la société civile.

Étienne a déclaré à Devex que des travaux étaient en cours pour accueillir des ONG dans la ville d’environ 25 000 habitants située sur la côte sud-ouest de la France. «Le problème sera résolu», a-t-il déclaré.

Les préparatifs du sommet se poursuivent, avec des rencontres entre les ministres du Développement et de l'Education des pays du G-7 et leurs homologues du Sahel à Paris plus tard cette semaine.