Le cours de l'action Jumia augmente de 75% le premier jour de négociation

Détails
Écrit par Kenyan Wall Street

Publié le: 15 avril 2019 10:40

Vendredi, la plateforme de commerce électronique Jumia (JMIA) Est cotée à la bourse de New York. La société de commerce en ligne, fondée par les entrepreneurs français Jeremy Hodara et Sacha Poingnonnec, a commencé ses activités au Nigéria en 2012. Elle compte actuellement 4 millions de clients répartis dans 14 pays, dont l'Égypte, le Ghana, le Kenya, le Sénégal, l'Angola et l'Algérie.

Au moment de l'inscription, Jumia évaluait sa part à 14,50 USD (1 465 KSh) chacun. À la fin du premier jour de négociation, le cours de l’action avait augmenté de 75% pour clôturer à plus de 25 $ (2 525 KSh), ce qui témoignait de l’optimisme des investisseurs à l’égard de la plateforme.

Erik Hersman, directeur d'une société de logiciels basée au Kenya, s'est félicité de l'inscription à la Bourse de New York. Il a déclaré à la BBC: «C’est un événement important dans l’évolution de la scène technologique africaine». La société vise à lever 196 millions de dollars (19,8 milliards de KSh) par le biais de l’offre publique. Il utilisera cet argent pour développer ses activités et pour le marketing.

Depuis sa création, Jumia n'a jamais réalisé de profit. Au lieu de cela, il a accumulé des pertes d’une valeur d’environ 100 milliards de KSh.

Jumia est confrontée à de nombreux obstacles dans son activité, tels que la médiocrité des infrastructures, l'instabilité politique, l'ingérence du gouvernement et les menaces terroristes. Selon la publication en ligne MarketWatch, la société de commerce en ligne a été volée pour environ 57 millions de KSH de marchandise dans l'un de ses entrepôts au Kenya.

La société a déclaré qu’elle ne verserait pas de dividendes à court terme, car elle envisageait de développer ses activités sur le continent. «Nous avons l’intention de conserver tous les fonds disponibles et tous les bénéfices futurs pour financer le développement et l’expansion de nos activités», lit-on dans le communiqué.