Le coeur québécois battant de l’internet moderne

Germain Lamonde, fondateur de la société de télécommunications par fibre optique Exfo en 1985, deux ans après l’invention de l’Internet moderne, a été sélectionné à Monaco pour le prix EY World Entrepreneur of the Year à Monaco.

Exfo fournit des outils d'audit indépendants pour les fournisseurs de services mondiaux de fibre optique. C’est une véritable réussite canadienne à l’échelle mondiale, et pourtant, j’avoue que je n’avais jamais entendu parler de la société basée à Québec jusqu’à cette semaine alors que je participais aux prix. La société détient 40% du marché mondial, emploie 2 000 personnes et est présente dans plus de 35 pays.

En tant que fournisseur indépendant de tests de qualité pour les technologies de télécommunication les plus récentes, y compris la 5G, la société canadienne se trouve maintenant à l'épicentre de la guerre commerciale mondiale entre les États-Unis et la Chine. Ce dernier pays figure parmi les trois premiers revenus d’Exfo et possède une usine à Shenzhen.

«Nous travaillons maintenant en Chine depuis plus de 27 ans», m'a dit Lamonde. "Les tensions entre les deux superpuissances créent un gros risque."

Ces tensions ont pris une autre tournure cet après-midi, lorsque le président américain Donald Trump a menacé d’augmenter les droits de douane sur les importations en provenance de Chine si le président Xi Jinping n’assistait pas à la réunion du G20 de ce mois-ci.

Les affrontements entre la Chine et les Etats-Unis concernent Lamonde. Le fondateur d'Exfo a déclaré au Financial Times la semaine dernière: «Les pays se ferment. Cela ajoute des coûts et ajoute de la complexité », avec ce qu'il considère comme des répercussions dévastatrices à long terme. "Nous forçons la Chine à développer ces technologies."

L’entrepreneur, qui a grandi dans les régions rurales du Québec, avait également une opinion bien arrêtée sur l’entrepreneuriat canadien: «Nous devons penser aux marchés hors des États-Unis, car nous sommes devenus trop dépendants. [on the U.S. economy]. "

Membre du Conseil des innovateurs canadiens, Lamonde s'oppose fermement aux subventions gouvernementales. Il a notamment appelé la société française de jeux vidéo Ubisoft pour s'imprégner de talents en génie logiciel au Québec.

«Quand j'apprends qu'Ubisoft compte 4 000 personnes payées par les contribuables à travers le Québec, cela me brise le cœur», a déclaré Lamonde. «Nous devons créer de la richesse. Nous devons posséder une propriété intellectuelle. nous devons créer des entreprises durables. ”

Même si Lamonde n'a pas remporté le premier prix samedi – il a été attribué à Brad Keywell, cofondateur de Groupon -, les Canadiens ont déjà bien réussi dans la compétition. Deux Canadiens – Guy Laliberté, cofondateur du Cirque du Soleil et Murad Al-Katib, président et chef de la direction de AGT Food and Ingredients – ont remporté l’honneur mondial au cours de la dernière décennie.

J’aurai plus sur mon séjour à Monaco et sur ce que j’ai appris des fondateurs d’entreprises les plus célèbres au monde sur ce qui motive les entrepreneurs prospères dans ma chronique du week-end.