L’Assemblée nationale française favorise l’utilisation du bitcoin dans les assurances

La courbe d'adoption de Bitcoin est sur le point d'enregistrer une forte augmentation en France. C’est après que l’Assemblée nationale française a voté pour que les sociétés d’assurance du pays tiennent compte de Bitcoin et d’autres crypto-monnaies dans les contrats d’assurance vie.

Les SPF vont investir dans des monnaies virtuelles en France

Les modifications adoptées par les législateurs ont eu des conséquences sur le code des assurances, qui a ensuite élargi l’article 21. L’élargissement permet aux contrats d’assurance vie de se retrouver dans les SPF (fonds professionnels spécialisés). Auparavant, les investissements dans des fonds professionnels spécialisés excluaient les cryptomonnaies. Les modifications apportées aux articles 21 et 26 permettent aux SPF d’investir dans Bitcoin et dans d’autres actifs adossés à la chaîne de blocs.

"Avec ces deux dispositions, il est écrit en noir et blanc que les SPF peuvent investir dans des monnaies cryptées comme Bitcoin," a noté Emilien Bernard-Alzias, avocat, Simmons & Simmons.

Il n’existe notamment pas de limite minimale ou maximale dans laquelle une police d’assurance vie peut investir. monnaies virtuelles. Cela permet aux personnes ayant souscrit des polices d'assurance-vie d'augmenter leur valeur lorsque Bitcoin augmente.

La décision de faire investir des SPF dans des crypto-monnaies n’est pas une réflexion après coup. Les législateurs, les entreprises et les entrepreneurs ont travaillé ensemble au cours des 12 derniers mois pour aider à concrétiser ce projet. En marge, le changement de politique permet aux sections françaises d’investir dans des crypto-monnaies.

Les modifications apportées aux articles 21 et 26 permettant aux SPF d’investir dans des monnaies cryptées peuvent pousser d’autres juridictions à demander des changements de politique pour permettre l’entrée de Bitcoin.

Un membre de l’Assemblée nationale française, Joël Giraud, a été cité par Les Echos, un média local, en disant:

«Ce n'était pas l'objectif principal de Pact, mais les assureurs seront en mesure de proposer des produits basés sur des actifs cryptographiques. Ils pourront le faire grâce à des fonds spécialisés. "

Le vote en faveur des nouveaux changements a été presque unanime avec 147 membres ayant voté pour et seulement 50 ayant voté contre. Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie, a indiqué que les législateurs «continueraient de transformer» l’économie française.

Le changement de politique est significatif étant donné que les polices d’assurance des ménages français représentent 40% des actifs financiers. Les investisseurs se sont également tournés vers les produits d’assurance en raison des rendements élevés réalisés par rapport aux autres instruments d’épargne.