La technologie et l'artisanat fusionnent à la distillerie de Latham

LATHAM – Les poiriers poussent et la vodka coule où une flotte de voitures de location s’installait jadis.

Un groupe d'entrepreneurs a enregistré une série de premières ce mois-ci chez Oligan Distilling, leur entreprise qui existe depuis un an dans un bureau / garage Budget / Rent-a-Car converti sur Albany Shaker Road.

Oligan embouteilla et servit son premier gin, organisa une coupe de ruban cérémoniale dans sa salle de dégustation et planta des arbres qui porteraient des fruits pour parfumer les distillations futures.

Le copropriétaire Sean O’Keeffe, 29 ans, a une formation en sciences de l’environnement et en chimie. il travaillait auparavant dans la fabrication chez Regeneron Pharmaceuticals, où deux copropriétaires d’Oligan travaillent toujours.

O’Keeffe a déclaré qu’il estimait que les modifications réglementaires adoptées par l’État de New York au cours des dernières années créeraient un nouveau marché pour la distillation artisanale. Mais aussi, il a juste aimé le travail physique impliqué.

«La distillation ressemble plus à la fabrication de produits chimiques, dirais-je, que de brasser de la bière», a-t-il déclaré. "C'est juste amusant de faire ça."

L'alambic est un modèle semi-automatisé à alimentation continue fabriqué par Headframe à Butte, dans le Montana. C’est le seul du genre dans l’État de New York, à la connaissance d’O’Keeffe.

Oligan produira de l’alcool à l’essai 190 pour le vendre à d’autres distillateurs. La capacité de production d’Oligan est encore bien supérieure à celle de ses propres produits; le seul facteur limitant est la quantité de liquide fermenté que possède Oligan.

"Une partie de notre modèle d'entreprise consiste à vendre de l'alcool en vrac fabriqué dans l'État de New York", a-t-il déclaré. «Beaucoup de petites distilleries achètent de l’alcool en vrac simplement à cause des limites de production, et beaucoup proviennent d’Étrangers. Nous essayons donc de le garder à New York. "

Le nom de la distillerie a des racines obscures: la mauvaise prononciation du "hooligan" par un joueur de football français en référence à un fan de football anglais qu’il a agressé. Si vous regardez de près le petit homme sur le logo de la société, son smoking forme un «H.»

Oligan était opérationnelle début 2018 et a mis sa première vodka en bouteille en mai 2018. En février dernier, l'ouverture de sa salle de dégustation a été douce. Elle sert une salle de dégustation où sont servis des produits Oligan et d'autres boissons artisanales locales. Le 10 mai, il a mis son premier gin en bouteille.

Avec son mélange d'ingrédients botaniques, le gin Oligan se distingue facilement des autres gins, a déclaré O’Keeffe. Mais la vodka est plus subtile.

«Hypothétiquement, c’est pareil – c’est la perception du public [vodka], quand en réalité il y a de la place pour le caractère et la saveur », a déclaré O’Keeffe.

La vodka Oligan commence avec du maïs cultivé à Schaghticoke et est l’une des rares vodkas à base de maïs sur le marché.

"Le nôtre est très lisse", a déclaré O’Keeffe. “Il a un soupçon de douceur de la base de maïs. C’est juste assez différent.

Des vodkas aromatisées et des gins variés sont prévus à l'avenir, mais avant cela, la jeune distillerie fera un bond plus important: un whisky de single malt.

"Le whisky, je pense, est un esprit beaucoup plus artistique, un art plutôt qu'une science", a déclaré O’Keeffe. "La vodka et le gin, parce qu’ils sont distillés à un tel degré, c’est un processus beaucoup plus contrôlé."

Le whisky Oligan vieillira au moins deux ans avant sa mise en bouteille.

"Nous pensons également à la fabrication d'un tonneau de fondateurs, où nous le réservons pour 16 ans, peut-être même plus longtemps", a-t-il ajouté.

Les poires provenant des arbres plantés la semaine dernière deviendront d’abord des ingrédients aromatisants. Plus tard, si le rendement de la récolte est suffisamment élevé, il pourrait devenir un cognac.

O’Keeffe a également des projets pour le grand parking en gravier où les voitures de location attendaient leur prochain voyage: ce sera un jardin avec une culture intensive pour faire pousser d’autres ingrédients.

Les copropriétaires de l’entreprise sont Sam Garrison et Mike O’Hara, qui travaillent à temps partiel à la distillerie et à plein temps à Regeneron, ainsi que le beau-frère d’O’Keeffe, Kyle Rueckert, un partenaire silencieux.

O’Keeffe a déclaré qu’il estimait que la salle de dégustation avait bien démarré en trois mois, alors que la semaine dernière a été la plus achalandée de tous les temps.

«C’est simplement du public que nous avons été extrêmement positifs avec la vodka», a-t-il déclaré. "Le gin, je suis vraiment excité de voir ce que les gens pensent."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *