La nouvelle marque de whiskey irlandaise se tourne vers la reine des pirates pour apporter un trésor

Une nouvelle marque de whisky irlandais développée par l'ancien Chocolats Lir directeur général Stephen Cope cherche à atteindre un chiffre d'affaires de 6 millions d'euros par an d'ici cinq ans.

L'entreprise envisage également d'ouvrir une maison de maturation à Co Mayo dans deux ans, il devrait devenir l’un des plus gros propriétaires de stock de whisky de la République en une décennie.

"La vision est de créer un entrepôt sous douane avec un concept de centre d'accueil surplombant la mer sur le Wild Atlantic Way", a déclaré M. Cope, actionnaire principal pendant 15 ans et directeur général de Lir Chocolates pendant 15 ans.

L’homme d’affaires s’est associé à d’autres investisseurs pour la marque Grace O’Malley, qui a mis au point un certain nombre de whiskies qui rendent hommage à la reine des pirates irlandais du XVIe siècle.

Parmi les autres donateurs figurent des entrepreneurs berlinois Stefan Hansen et Hendrick Melle, qui ont pris une participation majoritaire dans la nouvelle entreprise par le biais de leur société Private Pier Industries, qui est à l'origine d'une marque irlandaise haut de gamme d'aliments pour animaux de compagnie, vendue dans 3 000 magasins en Allemagne.

Magasins spécialisés

Grâce à son lancement officiel le mois prochain, Grace O’Malley est déjà en stock dans plusieurs bars et magasins spécialisés de la République.

La marque comprend une gamme de produits haut de gamme «Captains» et une gamme de whiskies d’entrée de gamme à prix de 35 €, un gin irlandais infusé à la bruyère et un rhum doré. La gamme Captains comprendra des whiskies âgés de 10 à 18 ans qui ont été finis dans des fûts spécialement sélectionnés, allant de l'amarone au cognac.

La société a obtenu un stock important de la Great Northern Distillery, propriété de John Teeling, et a ramené Paul Caris, maître de chai et mixeur dans une entreprise française Alteroak superviser la maturation et la finition des spiritueux.

M. Caris a précédemment participé au développement de la célèbre gamme de gin de la Citadelle dans le sud-ouest de la France.

"Nous ne sommes pas un distillateur et nous n'essayons pas de l'être. Ce n’est pas ce dont nous parlons. Notre whisky provient de Great Northern et nous en sommes très fiers, car nous les considérons comme des spécialistes de ce qu’ils font », a déclaré M. Cope.

«Avec 80% du goût du whisky provenant du fût, il est clair que la vraie magie vient de la maturation et de la finition. Nous n’avons donc pas besoin d’être des experts dans la fabrication du whisky. Ce que nous avons de mieux, c’est d’acheter de bonnes fournitures à des personnes qui savent ce qu’ils font et de disposer du bon mixeur et du bon spécialiste de la maturation pour en faire quelque chose de vraiment spécial », at-il ajouté.

M. Cope a déclaré que la société détenait actuellement «plus d'un million d'euros» d'actions dans Great Northern.

Esprit premium

"Il y a actuellement des accords en cours pour augmenter considérablement le nombre de lettres d'intention signées", a-t-il ajouté.

Le whisky irlandais est actuellement le spiritueux premium dont la croissance est la plus rapide au monde, avec une croissance des ventes supérieure à 10% par an dans plus de 75 pays.

M. Cope a noté que la popularité du whisky avait rejeté les préoccupations concernant le nombre trop important d'entreprises centrées sur ce produit.

«Quelque 26% des whiskies dans le monde proviennent d’Écosse, ce qui représente au total 5 milliards de livres sterling (5,8 milliards d’euros). Nous sommes à environ 10% de la situation actuelle du scotch. En outre, nous avons environ 22 distilleries ouvertes en Irlande, alors que 30 ont ouvert leurs portes en Écosse au cours des trois dernières années seulement. Le whiskey irlandais offre de nombreuses possibilités de croissance », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *