La France va garantir un compte bancaire aux entreprises cryptographiques

La France a mis en place une nouvelle loi sur la crypto-monnaie donnant à tous les projets liés à la blockchain le droit d'ouvrir un compte bancaire local.

Le nouveau cadre réglementaire, élaboré par l'Autorité des marchés financiers (AMF), vise à apporter de la certitude et à éliminer une longue pomme de discorde entre les startups et les banques.

En vertu des nouvelles règles, toute entreprise liée à la blockchain ou à la cryptographie se voit accorder le droit d’avoir un compte bancaire dans le pays. Ce droit dépend de leur volonté d'adhérer à d'autres réglementations dans le cadre de la vaste loi sur la blockchain, adoptée à l'Assemblée nationale française le 11 avril.

Dans le cadre de la loi PACTE, le gouvernement a créé un nouvel environnement juridique qui encourage la croissance dans le secteur. Il offre également aux personnes qui lancent des OIC ou qui fournissent des services d'actifs numériques le droit de posséder un «visa» pour opérer dans le pays.

Partenaire d'un cabinet d'avocats parisien, Simmons et Simmons, Emilien Bernard-Alzias a déclaré à CoinDesk que le Parlement français cherchait un moyen de rendre la France plus attrayante pour les crypto-entrepreneurs.

«Avant la loi PACTE, les entreprises liées à la cryptographie avaient du mal à ouvrir un compte bancaire auprès d'une banque française. Mais maintenant, les banques françaises qui refusent d'ouvrir un compte devront expliquer leur refus devant les régulateurs français et on peut parier qu'elles éviteraient d'avoir cette discussion avec les régulateurs français. "

Alors que plusieurs juridictions ont commencé à mettre en place une nouvelle législation favorable à la cryptographie, de nombreux opérateurs ont du mal à ouvrir des comptes bancaires. À Malte, le gouvernement a introduit trois nouvelles lois sur la cryptographie en 2018 dans le but de consolider sa place en tant que juridiction de premier ordre dans la blockchain. Le problème est cependant que beaucoup d’entre eux n’ont pas été en mesure d’ouvrir des comptes bancaires dans le pays, les laissant bloqués sans option bancaire locale.

Il en va de même aux États-Unis, où les autorités de réglementation ont régulièrement mis en garde contre les risques pour dissuader de nombreuses banques de fournir des services aux entreprises opérant dans le domaine de la monnaie numérique.

Selon Domitille Dessertine, une dirigeante de la Fintech au AMF, les réactions des grands acteurs du secteur ont été un facteur déterminant dans l’approche des autorités françaises. Il a ajouté que le gouvernement serait très favorable au droit et au droit d'ouvrir un compte bancaire tant que l'entité respecte toutes les exigences réglementaires.

Les banques qui refusent d’offrir des services bancaires devront désormais justifier leur décision, non seulement à l’entreprise mais également au gouvernement.

«La relation entre le projet et la banque reste contractuelle, mais si les banques refusent, elles devront alors justifier avec nous pourquoi elles ont refusé d'ouvrir un compte bancaire», a déclaré Dessertine.

Ces dernières nouvelles, ainsi que les modifications réglementaires plus générales, devraient présenter la France comme une juridiction de choix pour les startups blockchain et crypto à la recherche d'un siège européen.

À propos d'Alice Taylor

Alice est diplômée en droit, journaliste, écrivain et fan de crypto. Elle travaille dans le secteur depuis près de dix ans – d'abord dans les domaines juridique et réglementaire, avant de se lancer dans le journalisme il y a quatre ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *