La France ne lancera pas la crypto-monnaie dans les meilleurs délais: PwC Blockchain Exec

La banque centrale française n’émettra pas sa propre monnaie numérique dans un avenir rapproché, car ce serait une entreprise complexe qui pourrait nuire à l’économie vacillante du pays. C’est l’appréciation de Pauline Adam Kalfon, partenaire de la blockchain et de la crypto-monnaie chez PwC France.

Pauline Kalfon: Bitcoin, c'est génial, mais cool!

Kalfon admet que l’intérêt croissant pour le bitcoin et la blockchain existe en France.

Cependant, elle a mis en garde contre une surexubérance incontrôlée, affirmant que l'économie monétaire virtuelle devait être mise à l'épreuve pour garantir la protection des investisseurs contre les escroqueries, a déclaré Forbes.

"La banque centrale française n'est peut-être pas la meilleure entité pour faire avancer un tel projet de monnaie numérique, qui relèverait des prérogatives de la Banque centrale européenne."

"Cela dit, la Banque de France pourrait prendre le leadership technologique en suivant les directives de la Banque centrale européenne."

«Il est clair qu'un projet au niveau européen serait très complexe et poserait des problèmes de gouvernance, nécessitant un alignement et le consensus politique de toutes les parties prenantes de chaque État membre.»

La crypto devrait être «testée au combat» par les entreprises

Pauline Adam Kalfon (Source: PwC)

Selon Kalfon, plutôt que de demander à la banque centrale française de créer d'abord une crypto-monnaie, il serait peut-être plus judicieux de faire procéder à des tests par des entreprises comme Facebook ou JPMorgan.

"Cela réduirait les risques d'effets potentiellement négatifs sur l'économie découlant de l'émission par une banque centrale d'une monnaie numérique."

"La raison sous-jacente est… de trouver le juste équilibre entre protection des investisseurs et convivialité technologique."

Le ministre des Finances français a déjà détesté Bitcoin, mais l’embrasse maintenant

Il est intéressant de noter que le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, était autrefois un opposant vocal de Bitcoin. Il a changé d'avis en 2018 et a commencé à adopter sans réserve les crypto-monnaies et la blockchain.

“J'étais néophyte il y a un an [in 2017], mais maintenant je suis passionné. Cela m'a pris un an. Faisons preuve de beaucoup de pédagogie auprès de nos concitoyens pour faire de la France le premier lieu de l'innovation blockchain et crypto-active en Europe. "

Cependant, Le Maire dit que la révolution de la crypto-monnaie en France ne peut avoir lieu sans une réglementation appropriée pour protéger le public contre les nombreuses escroqueries qui ont déferlé sur le secteur.

L’inversion abrupte de la politique cryptographique chez les politiciens français tient en partie à leur espoir que la France puisse exploiter la technologie de la blockchain pour renforcer son économie anémique.

Hommes politiques: la France doit devenir une «nation à la chaîne»

En décembre 2018, deux membres du Parlement français ont exhorté le gouvernement à investir jusqu'à 500 millions d'euros dans des programmes blockchain afin de transformer la France en une «nation blockchain».

À cette fin, les députés Jean-Michel Mis et Laure de La Raudière ont présenté 20 propositions visant à promouvoir l'adoption de la blockchain par le grand public, comme l'a rapporté le CCN.

«2019 sera l'année de la blockchain en France», a déclaré Jean-Michel Mis. «Cette technologie de 10 ans est en train de passer du stade expérimental à la mise en œuvre industrielle. Le public verra l'émergence de ses utilisations dans leur vie quotidienne. "

De la même manière, Laure de La Raudière a exhorté la France à se réveiller et à capitaliser sur la révolution du blockchain avant que ses rivales, la Chine et les États-Unis, ne l’aient battue.

«La France doit avoir une philosophie conquérante sur ce sujet. Je tire la sonnette d’alarme: il est temps d’investir. Nous devons accélérer avec les fonds publics français et européens. "

Ce message a été modifié pour la dernière fois le (heure de l'Est): 23/03/2019 09:14