La France juge la viande de cheval trouvée dans des lasagnes surgelées

PARIS (AP) – Six ans après le scandale "Horsegate", quatre personnes ont été jugées lundi à Paris pour un prétendu stratagème visant à nourrir les consommateurs européens de produits surgelés contenant de la viande de cheval bon marché, étiquetée frauduleusement comme étant de la viande plus chère.

Les accusés au procès, qui devrait durer trois semaines, étaient composés de deux anciens dirigeants de la société française Spanghero, accusés de diverses accusations de fraude, et de deux marchands de viande néerlandais.

Les dirigeants français – l'ancien directeur de Spanghero, Jacques Poujol et l'ancien directeur de l'usine, Patrice Monguillon – sont accusés d'avoir vendu plus de 538 tonnes de viande de cheval mal étiquetée comme viande de bœuf à Tavola, une filiale de Comigel, une société française dont les repas surgelés ont été vendus à des entreprises. à travers l'Europe.

Ils sont également accusés d'avoir menti sur l'origine de la viande, annoncée comme étant de la viande française mais venant de Roumanie, de Belgique ou du Canada.

Tous deux ont nié avoir commis un acte répréhensible intentionnel. Ils sont soupçonnés d'avoir mis en place le programme, qui a eu lieu entre janvier 2012 et février 2013, avec la complicité des commerçants Hendricus Windmeijer et Johannes Fasen.

Les quatre personnes ont été accusées de complot en vue de frauder des clients et des consommateurs et pourraient être passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison.

Windmeije, Poujol et Monguillon étaient présents lundi au palais de justice de Paris, mais Fasen ne s'est pas présenté.

Selon plusieurs médias, Fasen aurait été reconnu coupable de fraude en 2013 dans une autre affaire de vente de viande de cheval et condamné à une amende de 50 000 euros (56 800 dollars). Sa société Draap Trading Ltd – qui est le mot néerlandais qui signifie cheval (paard) épelé à l'envers – a acheté de la viande de cheval du Brésil et du Mexique et l'a vendue en France sous forme de viande de bœuf halal entre 2006 et 2009.

Selon le journal Liberation, les enquêteurs ont établi que Spanghero avait acheté 790 tonnes de viande de cheval à Draap Trading Ltd en 2012-13, mais l'avocat de Poujol, Antoine Vey, a déclaré au quotidien français que son client était la victime de Fasen, plutôt que son complice.

"Son seul critère lorsqu'il a acheté la viande était son prix", a déclaré Vey.

Le scandale a éclaté en 2013 en Grande-Bretagne et s'est rapidement répandu lorsque la viande de cheval a été vendue à travers l'Europe dans des mets surgelés de supermarchés tels que des hamburgers et des lasagnes, ainsi que dans des sauces pour pâtes au bœuf, dans des menus de restaurants, dans des déjeuners d'école et dans des repas d'hôpitaux.

Des millions de produits ont été retirés des magasins en Grande-Bretagne, en Irlande, en France, en Espagne, en Allemagne, au Danemark, en Finlande, en Suède et en Norvège. Les supermarchés et les fournisseurs de produits alimentaires ont été invités à tester l'ADN des chevaux dans les produits de bœuf transformés.

Des responsables européens ont déclaré que le scandale était le résultat de fraudes et peut-être d'un complot criminel international visant à faire passer la viande de cheval à prix réduit en bœuf plus cher. Et bien que les responsables aient déclaré que manger de la viande de cheval n'était généralement pas dangereux, le scandale a bouleversé les gens dans des endroits où cette viande est traditionnellement consommée.

"L’affaire Spanghero est un tel scandale qu’elle a totalement discrédité l’industrie de la viande", a déclaré Edmond-Claude Frety, avocat représentant une association de clients français.