La France adopte une législation énorme – Réglementation sur les crypto-devises

Alors qu'une grande partie du monde attend que les États-Unis élaborent une réglementation en matière de cryptage, qui permettrait aux institutions d'entrer dans l'espace, peut-être devrait-il regarder ce que la France a déjà adopté.

Alors que la France et le monde pleurent le récent incendie de la cathédrale Notre-Dame, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a tenté de persuader les membres de l'UE d'adopter la même réglementation en matière de crypto-monnaie Réglementation française.

«Je proposerai à mes partenaires européens de mettre en place un cadre réglementaire unique sur les actifs cryptographiques inspiré de l'expérience française. Notre modèle est le bon. "-Bruno Le Maire

le législation que la France vient de passer exige que les opérateurs de crypto-monnaie demandent une certification permettant aux autorités de vérifier les plans commerciaux, de se conformer à la réglementation AML et de déterminer qui est le créateur d'un jeton ou d'un échange. Cette législation a finalement été adoptée après plus d’un an d’échanges entre décideurs et entrepreneurs.

«Très content de l'adoption de la loi PACT! Le vote est large, merci à la majorité pour votre soutien total et pour tout le travail accompli. Nous sommes déterminés à continuer de transformer notre économie. »-Bruno Le Maire

En outre, le règlement permettrait au marché de l’assurance vie (environ 2 000 milliards de dollars) d’investir jusqu’à 10% des fonds de la société dans des activités autres que des titres. L’une des principales raisons de cette importance tient au fait qu’environ 40% de l’ensemble des actifs financiers des ménages français sont investis sur les marchés de l’assurance. La raison en est que les rendements du secteur des assurances ont été meilleurs que ceux d’autres marchés.

«Ce n'était pas l'objectif principal de Pact, mais les assureurs seront en mesure de proposer des produits basés sur des actifs cryptographiques. Ils pourront le faire grâce à des fonds spécialisés. »Joel Giraud, membre de l'Assemblée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *