La Chambre signe un accord avec un groupe de pression français: The Standard


Le président de la KNCCI, Richard Ngatia.
La Chambre de commerce et d'industrie nationale du Kenya (KNCCI) et la Chambre de commerce française du Kenya ont signé un mémorandum d'accord visant à stimuler les échanges commerciaux entre les deux pays.

 Le président de la KNCCI, Richard Ngatia, a qualifié le MoU d’historique, car le monde des affaires local aurait facilement accès au marché français. Il a noté que les entrepreneurs locaux étaient désireux d’emprunter des processus commerciaux de l’UE.
Il a ajouté que les entrepreneurs locaux étaient impatients de s'associer à leurs homologues français pour apprendre à faire évoluer les jeunes entreprises en moyennes et grandes entreprises.
Le président de la Chambre de commerce française du Kenya, Jean Pascal Naud, a déclaré que le protocole d'accord signé avec KNCCI permettrait aux industriels kényans de découvrir le potentiel commercial de la France.

VOIR ÉGALEMENT :Jimnah Mbaru présidera le KNCCI Nairobi alors que les élections se concentrent sur les scrutins nationaux

"La France est un marché très attractif pour le Kenya", a-t-il déclaré. L'agriculture fait partie des domaines de coopération sur lesquels les entreprises des deux pays pourraient coopérer, notamment Naud.
Ngatia était optimiste quant au fait que ce partenariat serait essentiel dans les secteurs du tourisme, de la fabrication et de l'agroalimentaire déjà développés en France.
Il a exprimé son optimisme quant à d'éventuels programmes d'échange entre les deux chambres. Cela améliorerait la formation des hommes d’affaires sur la durabilité des entreprises.
Sally Kosgei, femme d'affaires et ancienne ministre du Cabinet, a exhorté le monde des affaires kényen à envisager de traiter directement avec les marchés d'exportation plutôt que de vendre des produits à l'étranger par l'intermédiaire d'intermédiaires.
Environ 120 entreprises françaises ont établi des entreprises au Kenya depuis 2012, tandis que 800 autres exportent directement vers le Kenya. Les entrepreneurs présents ont exprimé leur intérêt pour les opportunités offertes par le partenariat. «Je suis très enthousiaste après avoir appris à pénétrer le marché français», a déclaré Carol Chebet, qui exploite une entreprise laitière dans le comté de Kiambu.

VOIR ÉGALEMENT :Ngatia se rapproche de la présidence d'un groupe de pression économique alors que Gor choisit le poste de vice

Une autre négociante, Sandra Wafula, a déclaré que cet accord lui serait très bénéfique, car elle serait en mesure d’exporter des perles et des sculptures en toute simplicité vers l’Europe.

Inscrivez-vous pour annoncer vos produits et services sur notre site de petites annonces Digger.co.ke et profitez d'un mois d'abonnement gratuit et de 3 annonces gratuites dans le journal Standard.

Rubriques connexes
KNCCChambre de commerce françaiseRichard Ngatia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *