Kiwigate: la police découvre une fraude massive sur les fruits italiens

Kiwis d'Italie en vente à Saintes, dans l'ouest de la France. Photo: AFP

Les kiwis italiens «de qualité inférieure» ont été «francisés» et vendus à des prix plus élevés dans le cadre d’une arnaque de longue date découverte par la police française.

Les autorités françaises ont annoncé lundi qu'elles avaient démantelé une arnaque de longue date visant à étiqueter et à vendre les kiwis italiens comme des fruits français plus chers.

"Les kiwis importés d'Italie ont été 'francisés' pendant le transport afin de pouvoir être vendus à un prix plus élevé", a déclaré Virginie Beaumeunier de l'agence anti-fraude de la DGCCRF dans le pays.

La fraude a impliqué environ 15 000 tonnes de kiwis sur une période de trois ans, et l’agence a déclaré que sept entreprises faisaient face à des accusations après avoir réalisé un total de six millions d’euros de profits illicites.

LIRE AUSSI: La police confisque 150 millions d'euros à des frères mafieux de fruits et légumes

Les médias français et italiens ont rapidement qualifié cette arnaque de 'Kiwigate', des producteurs français affirmant que les coûts de production italiens sont moins élevés et que les kiwis italiens sont traités avec des pesticides interdits en France.

"Contrairement aux Italiens, nous n'utilisons pas de fongicides anti-détérioration après la récolte qui les conservent pendant plusieurs mois. Nous avons donc des pertes plus importantes dans les chambres froides, ce qui augmente nos coûts de production", a déclaré François Lafitte, président du kiwi français. association de producteurs.

On estime que 1 100 producteurs en France, principalement dans le sud-ouest, produisent environ 55 000 tonnes par an, ce qui est insuffisant pour satisfaire la consommation annuelle du pays de 80 000 tonnes.

En conséquence, les importations affluent de l'Italie voisine, premier producteur mondial de fruits, ainsi que de Nouvelle-Zélande ou du Chili hors saison.

L’Italie elle-même subit d’énormes pertes économiques chaque année en raison de produits étrangers, du fromage au vin mousseux, faussement étiquetés et vendus à l’étranger comme «Made in Italy».

LIRE AUSSI: