Jumia sera la première start-up africaine à la bourse de New York

Copyright de l'image
                 Getty Images
                
            
            
            Légende
                
                    Jumia livre les marchandises via un scooter et offre diverses options de paiement

Une entreprise de commerce électronique basée au Nigéria va devenir la première start-up africaine à être cotée à la bourse de New York.

Jumia pourrait être rendu public le mois prochain.

La société, qui a reçu une valorisation de 1 milliard de dollars en 2016, propose une gamme de produits en ligne et s'est diversifiée dans les domaines de la livraison de produits alimentaires, de la réservation d'hôtels et de vols et des tarifs de téléphonie mobile.

Il comptait quatre millions de consommateurs actifs à la fin de 2018.

Le détaillant en ligne a été fondé à Lagos par deux entrepreneurs français en 2012 et propose désormais des services à la majorité de la population africaine, notamment en Afrique du Sud, en Tanzanie, en Égypte et en Côte d'Ivoire.

Son principal actionnaire est MTN, la plus grande société de télécommunications d’Afrique.

Jumia pourrait être évalué à 1,5 milliard de dollars, malgré une perte de 170 millions d'euros (192 millions de dollars) en 2018.

Dans des documents déposés à New York, Jumia a averti qu'elle ne pourrait pas garantir une rentabilité durable ou durable, citant des difficultés telles qu'un vol qualifié dans son entrepôt kényan, pour lequel des marchandises d'une valeur de 560 000 dollars ont été volées.

Rival chinois

La femme d'affaires sénégalaise Marieme Jamme a salué le fait qu'une start-up africaine ait été listée mais a déclaré qu'il y avait beaucoup de défis à venir.

"Il y a beaucoup de travail à faire", a-t-elle déclaré.

"Ils ont besoin d'une infrastructure technique, car il est actuellement difficile de faire parvenir un colis du Sénégal au Rwanda.

"Il existe également des problèmes concernant la distribution et la chaîne d'approvisionnement.

"Sauf si quelqu'un y a investi des milliards de dollars, j'ignore comment ils pourraient battre Amazon ou Alibaba."

Aucun de ces géants de la vente au détail en ligne n’a encore pénétré le marché africain, en partie à cause du manque d’adresses postales sur le continent, du manque d’infrastructures et du fait que la plupart des Africains n’ont pas de compte bancaire.

"Alibaba a plus de chances de réussir en Afrique car elle est plus habituée à construire des choses à partir de rien", a déclaré Mme Jamme.

Erik Hersman, directeur de la société africaine BRCK, a déclaré que la nouvelle était "un événement important dans l'évolution de la scène technologique africaine".

"Jumia montre qu'une introduction en bourse [initial public offering] sur une bourse importante est possible ", at-il ajouté.