Indépendants et auto-entrepreneurs. Quel plan d’épargne retraite choisir ?

Les pensions des indépendants sont généralement inférieures aux pensions retraite des salariés. Par conséquent, il est nécessaire d’ouvrir un régime individuel d’épargne-retraite (IPSP) en complément de la retraite (PERIN).

Quel est l’impact de la réforme de l’épargne-retraite?

Le plan d’épargne-retraite, ou PER, a été créé par la loi Pacte et l’ordonnance du 24.07.2019 et est sur le marché depuis le 1.10.2019.

Les vieux produits d’épargne retraite (Préfon, PERCO, article 83, COREM, PERP, Madelin, CRH) on été supprimés le 1er octobre 2020, à moins qu’ils n’aient été modifiés pour se conformer aux dispositif du Plan d’épargne retraite (P.E.R).

Il existe trois types de plans d’épargne-retraite (PER): On distingue ainsi 2 plans d’entreprise (PER obligatoire ainsi que le PER collectif) et un P.E.R dit individuel. Le contrat de Madelin et le plan d’épargne retraite PERP ont été remplacés par «PERI» ou «PERIN». Pour en savoir plus consultez info Loi Pacte

Il est accessible aussi bien aux salariés qu’aux indépendants (professions libérales, cadres majoritaires, artisans, commerçants, micro-entrepreneurs, etc.)

Un indépendant peut effectuer à tout moment le rachat de son contrat pour acheter son logement principal, ou bien dans le cadre d’un accident, grâce au PER individuel. Vous pouvez choisir entre un capital direct, un versement annuel ou bien les deux au moment de la retraite.

Quel rôle le PERI (plan d’épargne individuel) joue-t-il pour les travailleurs indépendants?

Un indépendant n’a pas la possibilité de souscrire a un PERP ou à un contrat Madelin depuis le 1er octobre 2020. Vous n’avez d’autre choix que d’utiliser un PER individuel.

Les contrats PERP et Madelin souscrits avant la date du 1er octobre 2020 sont cependant toujours actifs.

Le décaissement des fonds Le paiement d’un PER individuel est totalement gratuit, tant en termes de fréquence que de montant.

Ils permettent d’obtenir une baisse d’impôts déterminée par le choix du travailleur indépendant.

Un indépendant peut choisir d’effectuer ses paiements de la manière suivante dans le cadre d’un même contrat:

Concernant leur activité professionnelle, ils peuvent déduire leurs versements de leur avantage fiscal.

NB: vos paiements sont déductibles de votre assiette fiscale, mais vous pouvez choisir de ne pas les déduire (auquel cas la taxe de vente sera différente).

Quand devriez-vous choisir des paiements non déductibles?

L’option de non-déductibilité est intéressante pour les indépendants si:

Vous n’êtes pas assujetti à l’impôt général sur le revenu; il n’est temporairement pas imposé en cas de diminution de ceux-ci; Vous avez atteint la limite de déduction annuelle.

Pour accéder à cette option avant la mise en place du PERP individuel, un indépendant doit d’abord ouvrir deux contrats: un contrat retrait de type PERP et un contrat retraite Madelin.

Déductions sur le revenu de l’impôt sur l’exécution des fonds

Le résultat peut être une assurance-vie, un paiement en espèces ou une combinaison des deux.

Lorsqu’un indépendant récupère de l’argent en capital sur les paiements déduits de son impôt sur le revenu, sa fiscalité sera différente selon que l’argent provient de ses versements d’origine ou des surplus qu’il a dégagés.

Les montants reçus à la suite des premiers versements sont soumis à l’impôt sur le revenu en tant que pension, mais sans la prime de 10% qui s’applique à cette catégorie.

Sauf si l’indépendant opte pour le barème de l’impôt sur le revenu, les excédents générés par ces paiements sont imposés avec une déduction indicielle unique (FSD) de 30% (a raison de 12,8% pour l’impôt sur le revenu et 17,2% pour la sécurité sociale).

Passer à un revenu basé sur l’espérance de vie

Lorsqu’un indépendant récupère des fonds en tant que revenu vital, il est soumis à l’impôt sur le revenu en tant que revenu vital, en d’autres termes avec une réduction de 10%.

Les paiements non déductibles d’impôt : Lorsque les paiements dépassent les limites maximales de déduction, ou lorsque l’indépendant a choisi de ne plus être déduit en versant les montants à la caisse de pension, les paiements ne sont pas déductibles.

Le résultat peut être une assurance-vie, un paiement en espèces ou une combinaison des deux.

L’impôt sur le revenu ne s’applique pas aux sorties de capitaux des premiers paiements.

La part de l’excédent généré par les versements initiaux, en revanche, est imposée avec l’impôt sur le revenu et la sécurité sociale.

Uniquement dans le cas d’une option à échelle mobile, elle est soumise à une déduction fiscale unique (FUP) de 30% (17,2% pour les cotisations sociales et 12,8% pour l’impôt sur le revenu).