Groupe de contact mixte sur les fraises

Des représentants de la Basilicate ont également participé au groupe de contact mixte sur les fraises qui s'est réuni le 15 mars 2019 dans la salle de réunion d'OP Sole.

La réunion du groupe italo-franco-espagnol a pour objectif de discuter de la situation de la culture de la fraise dans les pays respectifs en analysant les questions stratégiques de la campagne passée pour améliorer celle en cours.

ItaliaOrtofrutta – Unione Nazionale était représentée par deux entrepreneurs de la Basilicate: Carmela Suriano, directrice générale du Club Candonga et Francesco Nicodemo de Nicofruit.

"Mon intervention s'est concentrée sur la situation commerciale en analysant les forces et les faiblesses du segment des fraises en Europe. Selon quelques études, la demande de fraises et de fruits à baies augmente en Europe, mais les consommateurs ne sont pas assez satisfaits des fraises des différents pays membres. États."

"Si le secteur des fraises a l'intention de se développer, nous devons changer notre approche. Nous devons promouvoir les fruits des principaux producteurs européens, tant en termes de qualités organoleptiques que de durée de conservation et de santé."

"Le Club Candonga représente un exemple positif de la manière dont la commercialisation doit être abordée. L'idée de différencier l'offre sur le marché européen était positive, les consommateurs étant disposés à payer un prix plus élevé pour un produit qui est un cultivar unique avec des techniques de culture uniques. , éthique et durabilité. "

"Les consommateurs ne disposent pas des outils nécessaires pour distinguer les fraises. Par le biais d'une campagne de marketing, le Club Candonga a réussi à transmettre le caractère unique de son produit, ce qui le distingue des autres fraises."

"Pour étendre ce concept à toutes les fraises des pays européens, les États membres doivent déployer davantage d'efforts pour promouvoir les qualités du produit et modifier les stratégies des producteurs pour les amener à se concentrer davantage sur la qualité plutôt que sur les volumes."

"Le Maroc, l'Égypte et d'autres pays du Maghreb augmentent leurs productions et, en raison de la diversité de leurs législations, leurs produits arrivent sur le marché européen dans des conditions différentes, créant une concurrence déloyale."

"Au cours de la réunion, le représentant français a parlé d'une campagne de communication menée par le ministère de l'Agriculture. Toutefois, si nous examinons les surfaces cultivées et donc les volumes commercialisés, la France n'atteint que 20% de la production italienne. "

"En s'inspirant de l'exemple français, l'Italie pourrait adopter différentes stratégies pour promouvoir les fraises, également avec l'aide de diverses associations et syndicats."

"Le système de production de la Basilicate est plutôt avancé. C’est la première région productrice italienne pour la deuxième année consécutive et elle applique des techniques hautement spécialisées. Le travail en équipe est essentiel pour les prochaines années. Nous devons essayer d’améliorer les techniques de adopter des cultivars aux qualités organoleptiques, à la durée de vie et à la santé considérables. "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *