Entrepreneur First, le constructeur de l'entreprise soutenu par Greylock, s'étend à Paris – TechCrunch

Entrepreneur d'abord (EF), le constructeur de la société London-HQ’d qui investit dans des individus «pré-équipe, pré-idée» pour aider ces individus à trouver de nouvelles startups, continue de se développer à l’international. Après avoir ajouté un avant-poste et un programme en Singapour, Berlin et Hong Kong, outre Londres, le soi-disant investisseur talent-premier s'installe à Paris. Quelle surprise.

La dernière expansion de EF fait suite à une levée de fonds de 12,4 millions de dollars en 2017 dirigée par les partenaires Greylock de Silicon Valley, qui a également vu son président Reid Hoffman rejoindre le conseil d’administration du constructeur de la société. Le capital – destiné à être utilisé à des fins opérationnelles et séparé des multiples fonds d'investissement d'EF – a été réuni pour permettre à EF de déployer son programme dans plusieurs pôles technologiques / start-up technologiques dans le monde entier. plus de valeur.

Au moment de la levée de fonds, Hoffman a déclaré à TechCrunch qu'il pouvait voir le constructeur de la société élargir à «20, 30 ou 40 villes, peut-être même 50“. Et bien que EF n’ait encore atteint ce niveau, il reste à savoir à quel point un programme comme celui-ci est évolutif, alors que, de par sa nature, il ne sera efficace que si les personnes qui le gèrent, son rythme d’expansion et son la qualité des startups qui sortent de l’autre bout n’a rien d’écrasant.

Dans un appel lancé à Paris, Matt Clifford, cofondateur d'EF, m'a confié que la capitale française constituait un choix naturel pour EF, car elle compte à la fois une forte concentration de futurs fondateurs et un écosystème technologique bien établi et favorable. Nous avons parlé de l'effet Macron, en notant que le président français a le plus récemment été sur l'argent quand on parle de l'intelligence artificielle, qui est le genre de «technologie profonde» dans laquelle EF excelle.

Sans surprise, il était également optimiste quant à la qualité de l'enseignement technique à Paris, qui constituera un élément clé du pipeline EF. Plus précisément, EF parle de la qualité de l’enseignement et de la recherche dans les universités et grandes écoles de sciences du pays. Il y a aussi de nouvelles institutions comme Ecole 42, l'école de programmation informatique à but non lucratif et sans frais de scolarité créée et co-financée par le milliardaire français des télécommunications Xavier Niel.

Pendant ce temps, le programme de Paris débutera en octobre et suivra à peu près le format EF standard. La société voit les fondateurs de la société comme des «pré-entreprises», les recrutant dans le programme avant d’avoir une équipe ou une idée complètement formée, uniquement sur la base de leurs compétences techniques et / ou de leur expertise du domaine.

Dans ce cadre, EF verse une allocation de 2 000 euros par mois pendant six mois – les trois premiers mois couvrant la phase de formation de l’équipe et les deux autres pour soutenir les équipes dans l’élaboration de plans d’entreprise et être prêtes à solliciter un financement supplémentaire à la Demo Day . EF dispose également de son propre fonds, auquel les startups EF nouvellement créées peuvent accéder.

On me dit également que le bureau EF Paris sera dirigé par Coralie Chaufour. Coralie rejoint EF chez McKinsey & Company après avoir créé sa propre entreprise et travaillé comme avocate en droit des sociétés chez Cravath Swaine & Moore LLP, un cabinet d’avocats américain de premier plan. Coralie a étudié à Sciences Po Paris, à Wharton et à la Harvard Law School.