Des artistes récompensés par 10 000 dollars US du projet ACF

Par CAROLINE ULIWA
Plus par cet auteur

Le Fonds africain pour la culture (ACF), a récemment octroyé à plusieurs artistes en arts visuels du continent une indemnité allant jusqu’à 10 000 dollars pour des projets à entreprendre au cours de la prochaine année.

L’appel à propositions de projets a été lancé l’année dernière. Il s’agissait notamment de propositions en matière d’animation, de réalisation de films et d’enseignement des beaux-arts; ateliers textiles, collaborations d'artistes, expositions itinérantes explorant des thèmes tels que les perspectives post-coloniales insulaires, l'aide aux personnes handicapées mentales et la pollution de l'eau.

ACF a été créée en juin 2017 aux Seychelles en tant qu'organisation panafricaine et a été enregistrée au Mali.

Des artistes africains issus de toutes les disciplines ont versé 100 000 dollars à un premier kitty afin de garantir son autonomie et son professionnalisme pour le développement du secteur culturel et créatif.

Les artistes – qui ont reçu le financement lors d’une cérémonie à Bamako au Mali – avaient répondu au premier appel à propositions de projets de l’année dernière, proposant 10 000 dollars par projet à partir de la cagnotte d’ACF.

En tant que membre du jury chargé de sélectionner les propositions gagnantes, j'ai travaillé avec Joseph Gaylard (Afrique du Sud) et Vitshous Mwilambwe Bondo (République démocratique du Congo), deux acteurs de la culture remarquables à part entière.

Les candidatures ont été jugées sur leur innovation, leur créativité, leur précision financière, leur cohérence technique et leur pertinence.

Le président d'ACF, Mamou Daffe, a déclaré: "L'absence de mécanismes adaptés disposant de ressources suffisantes pour financer des projets d'artistes africains et d'entrepreneurs culturels est l'un des principaux défis qui freinent le développement du secteur culturel sur le continent?"

En marge de la conférence d'ACF, il y avait le festival d'arts visuels Ségou’Art. Le festival s'est tenu dans l'usine de coton abandonnée que Mamou Daffe et d'autres parties prenantes ont transformée en un centre artistique sur les rives du fleuve Niger.

L'une des œuvres remarquables était une installation de Cheick Diallo, artiste plasticien en design, qui vit maintenant au Mali mais a passé l'essentiel de sa carrière en Europe.

Architecte de formation, il est président de l'Association of African Designers (ADA). Il a dirigé une classe de maître et présenté son travail au festival.