Dakar Network Angels lance des investissements de démarrage en Afrique francophone – TechCrunch

le Anges du réseau Dakar réseau américain a lancé ce mois-ci son premier investissement en Afrique francophone dans le secteur des technologies propres Coliba. La startup ivoirienne, qui utilise une application mobile pour coordonner le recyclage des déchets, bénéficiera d'un mentorat et d'un minimum de 25 000 dollars en fonds de démarrage.

L’accord fait partie de la mission de Dakar Network Angels consistant à réunir des experts et des capitaux pour combler le manque de ressources des jeunes pousses en Afrique francophone – ou 24 des 54 continents des pays.

Le groupe – qui passe pour DNA – offrira des investissements dans des fonds d'amorçage allant de 25 000 $ à 100 000 $ à des entreprises en démarrage offrant un potentiel de croissance élevé. Ces tournées se dérouleront sous la direction entrepreneuriale du réseau de business angels de DNA.

Fondée au Sénégal, la fondatrice de l’organisation est Marieme Diop, investisseur en capital-risque chez Orange Digital Ventures.

S'adressant à TechCrunch, M. Diop a souligné les disparités de capital de risque entre les pays d'Afrique francophone et non francophone en tant que principal moteur du lancement de l'ADN. Elle a souligné données de financement par Partech indiquant que 76% des investissements des startups africaines vont à trois pays anglophones: le Nigeria, le Kenya et l'Afrique du Sud.

Selon le dernier rapport de Partech, sur les 1,1 milliard de dollars en fonds propres investis en 2019 dans les entreprises technologiques africaines, seuls 54 millions de dollars, ou 0,05%, ont été reversés à des startups de pays francophones.

«Avec l’ADN, nous voulons d’abord développer un écosystème de ressources… pour la région Afrique francophone… dans lesquelles les entrepreneurs peuvent puiser pour une mise à l’échelle. Nous voulons également positionner DNA comme la première académie d'investissement à informer… sur… des méthodes d'investissement, de mentorat, de diligence raisonnable et de création de valeur accrue dans cet écosystème », a déclaré Diop, qui était un juge l’année dernière au Startup Battlefield Africa.

Pour prendre en compte l'investissement dans l'ADN, les startups doivent être référées par un membre. DNA prendra une participation minoritaire (moins de 10%) dans les entreprises qui reçoivent des fonds de démarrage et assurent le mentorat du programme jusqu'à leur sortie, selon Diop.

Pour devenir un ange, les membres doivent s’engager à investir un minimum de 10 000 dollars par an (pour les nouveaux venus), 20 000 dollars (pour les entreprises) et être sur place pour soutenir les créations de portefeuille, conformément à la charte d’adhésion des entreprises de DNA.

Le réseau d’investisseurs est enregistré en tant qu’entreprise commerciale à but non lucratif au Sénégal et a tenu sa première réunion à Dakar ce mois-ci. Parmi les 31 membres inauguraux figurent Ibrahim Ba, responsable des investissements sur le réseau Facebook, Tayo Akinyemi, ancien responsable des AfriLabs, et un investisseur de Timbuktu Capital Management. Ousmane Diagne. Moustapha Ndiaye et Ibrahima Niang co-fondateur de DNA avec Diop.

DNA vise à accroître la taille et la portée de l'investissement au cours des prochaines années. Après avoir construit son réseau de business angels et son expérience, DNA cherchera à investir dans des entreprises plus matures. Concernant la taille future du fonds, «Nous avons envisagé d’atteindre un objectif de 5 millions de dollars», a déclaré Diop.

Au cours de la dernière décennie, l’écosystème technologique africain a doublé et triplé le nombre de ses VC centrés sur l'Afrique et l’investissement dans un nombre croissant de startups dans tous les secteurs, y compris la fintech, blockchain, agtech et logistique.

Licorne e-commerce du mois Jumia a déposé un IPO à la Bourse de New York, la première cotation africaine en démarrage d’une grande bourse. La société de commerce électronique panafricaine exploite de nombreux services Internet dans 24 pays africains, dont 7 francophones. Orange, la société mère d’Orange Digital Ventures (dont Marieme Diop, fondatrice de DNA, est un associé) est un investisseur de Jumia.

Selon les objectifs de la charte, les acquisitions et les introductions en bourse figurent parmi les événements de performance que le réseau Dakar Angels crée autour des startups africaines des pays francophones.