Comment la station F a transformé Paris en capitale française de la start-up

Le quartier sud-est de Paris n’est pas très glamour: ce quartier asiatique est réputé pour ses plats délicieux, mais les rues nues sont bordées de tours d’appartements inesthétiques des années 1980. Bienvenue dans le 13ème arrondissement, situé dans le coin sud-est de la ville, qui n’a suscité que peu d’attention jusqu’à présent. Et ce succès est en grande partie dû au hub de démarrage de la Station F, un espace qui a transformé un ancien hangar de chemin de fer en un incubateur de start-up pour 3 000 entrepreneurs et entreprises, y compris de grands noms de la maison tels que Facebook, L'Oréal et Microsoft.

Vue interne de la station F, un espace de démarrage contenant plus de 3 000 bureaux sur lesquels les innovateurs peuvent travailler.

Photo: Patrick Tourneboeuf

Passant agressivement à Londres comme plaque tournante de la start-up en Europe, le magnat de la technologie parisien Xavier Niel (connu sous le nom de Richard Branson de la France) a dépensé 300 millions de dollars pour aider cette plateforme à se développer. En raison de l’effet Brexit, les startups cherchent à rester au sein de l’Union européenne pour multiplier les opportunités, au moment même où la France gagne du terrain en tant que "pays en démarrage". Le président français Emmanuel Macron a créé un fonds d’investissement de 12 milliards de dollars pour les start-up technologiques et l’an dernier, la France a dépassé le Royaume-Uni avec le plus grand nombre d’entreprises soutenues par du capital-risque, avec un total de 688.

Au cours de l'été 2017, le président français Macron (à droite) serre la main de son personnel lors de l'inauguration de Station F, l'un des plus grands incubateurs de start-up au monde.

Photo: Getty Images / Bertrand Guay

À l'intérieur de l'espace de 36 000 pieds carrés, les millénaires regardent leurs ordinateurs portables tandis que de grandes sculptures de Jeff Koons et Ai Weiwei flanquent le hall d'accueil bavard. La station F compte plus de 3 000 bureaux, 26 programmes de démarrage et «un court de tennis sur le toit (je rigole)», lit-on sur son site Web, mais ce n’est peut-être pas si lointain: un nouveau lieu de vie en cohabitation pour entrepreneurs, où 600 personnes partager 100 appartements, lancement en 2019.

Un rendu montre les bâtiments résidentiels qui seront achevés près de la gare F en 2019.

Photo: Gracieuseté de la station F

Roxanne Varza, originaire de Palo Alto, s’est installée à Paris en 2009 et est restée pour contribuer au développement de la scène technologique de la ville. Aujourd’hui, elle est directrice de la station F. "Nous avons vu le nombre de levées de fonds à Paris grimper en flèche ces dernières années, et il est maintenant le numéro un en Europe", a-t-elle déclaré. "La scène technologique parisienne dispose d'un grand bassin de talents et certaines entreprises très prospères, de nombreux entrepreneurs britanniques, nous disent qu'elles ont déménagé en France plutôt qu'au Royaume-Uni à la suite du Brexit."

Un rendu montre un nouveau restaurant qui ouvrira ses portes dans le nouveau hub de la start-up parisien, Station F.

Photo: Gracieuseté de la station F

De ce fait, il y a eu une forte augmentation de la valeur immobilière dans le 13ème arrondissement, qui était auparavant l'un des quartiers les moins chers pour acheter une maison. Ce quartier populaire a reçu le surnom de «faubourg souffrant», pour son logement social miteux et ses tours d'appartement rétro. Désormais, la région est enviable pour la hausse de ses taux d’intérêt, selon l’agent immobilier parisien Gilles Colzy. La clientèle est de plus en plus jeune et les investisseurs recherchent des petits appartements à louer aux nouveaux arrivants.

Une autre vue intérieure de la station F montre un espace commun avec des chaises modernes et une vie végétale abondante.

Photo: Patrick Tourneboeuf

Selon Varza, la station F a contribué à dynamiser le quartier, mais la scène des start-up parisiennes n’a pas commencé ici. «Je dirais que nous avons eu un effet catalyseur. Il y avait déjà de bonnes entreprises en démarrage, beaucoup de financement disponible et de grands talents avant notre ouverture, mais nous avons attiré beaucoup d'attention internationale et nous avons vraiment poussé les choses au niveau supérieur », explique Varza.

La station F a déjà un impact au niveau communautaire et l’incubateur préféré de Varza est le programme Fighters destiné aux entrepreneurs issus de milieux défavorisés. «Nous avons des profils vraiment exceptionnels et inhabituels dans ce programme, y compris un ancien prisonnier», a-t-elle déclaré.

L'espace comprend des œuvres d'art de grands noms tels que Jeff Koons (photo) et Ai Weiwei.

Photo: Patrick Tourneboeuf

Bien qu'elle n'en soit encore qu'à ses balbutiements, la station F, qui célèbre son anniversaire d'un an en juin, a encore le temps de se développer. «En ce qui concerne le bâtiment, il y a beaucoup de bonnes petites surprises sur le campus, comme le mur Lego et les trains de graffitis», a-t-elle déclaré. «Mais ce que j’aime le plus, c’est le fait qu’il s’agisse d’un monument historique fondé par un propriétaire d’usine, ce qui le lie à notre esprit d’entreprise.