Comment imperméabiliser un toit

Aujourd’hui, il existe de nombreux matériaux pour imperméabiliser un toit plat. Ces dernières années, les membranes liquides appliquées se sont avérées être une solution faisable, économique et plus écologique. En recherchant les différents «revêtements» de toiture, comme ces matériaux sont communément appelés, les couvreurs ont réalisé que tous ne sont pas créés égaux.

Il existe quelques catégories générales de membranes de toiture liquides, chacune de ces catégories comprend une grande variété de produits à choisir.

La norme d’approbation des produits identifie une différence significative entre les revêtements d’entretien et les systèmes liquides appliqués pour la toiture; les produits fluides les plus fréquemment présents dans les deux catégories sont à base d’élastomères, de polyuréthane, de silicone, d’uréthane et de PMMA.

La plupart des revêtements de toiture actuels offrent les avantages de la couleur blanche réfléchissante, qui redirige une grande partie des rayons UV et abaisse la température du toit pendant l’exposition directe au soleil, connue sous le nom de «toits froids».

En outre, il convient de souligner que la récupération des toitures existantes avec des solutions appliquées sous forme liquide évite l’important aspect environnemental de devoir ajouter chaque année des milliers de tonnes de matériaux de toiture démolis aux décharges.

Voir aussi toiture laval

Que faire avant d’imperméabiliser un toit

Une bonne partie des toits plats recouverts il y a deux ou trois décennies de membranes de toiture monocouche telles que les membranes bitumineuses modifiées applicables à la flamme (mod bit) ou à l’EPDM, sont désormais de bons candidats à la valorisation. Remplacer complètement l’ancien système de toiture par un nouveau est souvent prohibitif, mais les systèmes de toiture liquides sont apparus sur le marché comme des alternatives dignes de confiance ces dernières années.

En décidant de la solution la plus appropriée pour l’imperméabilisation d’un toit plat, le propriétaire du bâtiment ou le gestionnaire immobilier doit considérer avec une égale importance non seulement l’expérience et la fiabilité de l’applicateur, mais également le système du matériau choisi.

La première condition à remplir lors du choix du bon matériau est la compatibilité entre la surface de toiture existante et le produit liquide destiné à être utilisé. Ne pas prêter attention au type de matériau précédemment utilisé pour habiller les toits à une seule couche peut être une erreur coûteuse.

Par exemple, appliquer de l’uréthane sur une surface préalablement enduite d’élastomère acrylique est une mauvaise idée. Le solvant contenu dans la plupart du revêtement uréthane présente un risque élevé de réémulsification pour l’acrylique. Un autre exemple est un toit préalablement recouvert de silicone. Ce type de surface n’accepte aucun autre type de revêtement, car la surface en silicone gênera l’adhérence. Le nettoyage approprié du substrat est tout aussi important avant d’imperméabiliser un toit plat.

Nettoyage de toiture

Qu’il s’agisse d’une toiture neuve ou d’un système de toiture existant, ce processus est très important, car les produits liquides doivent adhérer directement à la surface propre du substrat. Les débris, la graisse, la poussière ou tout autre matériau qui inhibe la liaison entre la surface du toit et le matériau fluide nouvellement appliqué affaiblit ou obstrue l’adhérence du toit. Par conséquent, un substrat mal nettoyé affectera négativement les performances de la membrane appliquée, conduisant à sa défaillance précoce. Le lavage sous pression est la méthode la plus courante de nettoyage d’un toit existant pour la préparation de la surface. La plupart des fabricants spécifient leur propre détergent, généralement biodégradable ou un équivalent générique largement accepté, à cette fin.