Ce magnat français et sa perte de 6,7 milliards de dollars

Xavier NielPhotographe: Marlene Awaad / Bloomberg

Xavier Niel a perdu de l'argent plus rapidement que son entreprise de télécommunications a perdu des clients.

La valeur nette du magnat français, âgé de 51 ans, est en baisse d’un milliard de dollars (14,5 milliards de rands) cette année, car il a fondé la société Iliad SA, qui a eu du mal à empêcher les utilisateurs de vendre ses offres de téléphonie mobile et de haut débit. Sa fortune a glissé à 4,1 milliards de dollars, après avoir atteint un sommet de 10,7 milliards de dollars en 2014, selon l'indice Bloomberg Billionaires.

Mardi, il semblait prêt à voir une plus grande partie de son argent s'évaporer tandis que les investisseurs se préparaient à de mauvaises nouvelles de la société, le quatrième plus grand fournisseur de télécommunications en France en termes de chiffre d'affaires. Effectivement, le groupe a enregistré la perte de plus de 126 000 clients au quatrième trimestre. Iliad a également déclaré qu'il ne réaliserait pas d'objectif de profit avant 2021, un an plus tard que prévu.

Mais alors, une chose surprenante s'est produite. L'action Iliad a progressé de 2,8%, clôturant à 93,06 euros à Paris.

Pour Niel, qui a abandonné ses études secondaires et possède 52% de la société, cette décision pourrait marquer un renversement de fortune tant attendu.

«Les chiffres sont toujours mauvais, mais nous avons l'impression d'avoir vraiment atteint le fond», a déclaré Alexandre Iatrides, analyste chez Oddo BHF, une société de services financiers basée à Paris.

Là encore, il ne s’agit peut-être que d’un répit temporaire pour un magnat venu personnifier les espoirs et les craintes des jeunes entrepreneurs français.

Depuis qu’il a bouleversé le marché français de la téléphonie mobile en 2012 avec une offre très promotionnelle appelée Free, Niel a toujours rêvé de défier l’entreprise. Les investisseurs ont aimé ce qu'ils ont vu, faisant plus que doubler le prix de l'action d'Iliad au cours des cinq années se terminant en 2017. Niel a utilisé sa fortune pour ouvrir une école de programmation informatique avec cours gratuits et financer la création de Station F, un gigantesque incubateur pour startups situé dans un quartier rénové de Paris gare.

Pourtant, sa réduction de coûts impitoyable a déclenché une guerre des prix qui s'est retournée contre Iliad alors qu'il tentait de fidéliser des clients mieux rémunérés. Les rivaux Bouygues SA et Altice France SA ont baissé leurs prix encore plus bas que ceux d’Iliad afin de conquérir une part plus importante du marché.

Les actions d’Iliad ont chuté de 47% au cours des 12 derniers mois, entamant ainsi la sixième fortune en France.

'Ma façon'

Ce n’est pas que Niel, un homme qui détient les droits du classique de la pop «My Way», semble trop inquiet à ce sujet. En décembre, il a dévoilé le dernier produit de la société au siège d’Iliad, au centre de Paris, accompagné de sa partenaire, Delphine Arnault, fille du magnat des produits de luxe, Bernard Arnault, la troisième personne la plus riche au monde.

Les investisseurs ont peut-être été rassurés par le plan d’Iliad visant à explorer les moyens de collecter des fonds en vendant des participations dans les milliers de tours de téléphonie mobile qu’il a construites à travers la campagne française. Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements de la société de 2 milliards de dollars au quatrième trimestre a dépassé les estimations des analystes.

Ensuite, il y a la campagne d'Iliad en Italie, lancée en mai dernier. Mardi, la société a déclaré avoir déjà inscrit 2,8 millions d'abonnés mobiles dans ce pays.

Bloomberg