‘Amazon of Africa’ pour le premier IPO international de la région

Jumia, la plus grande société de commerce électronique d’Afrique, a déposé mardi un appel public à l’investissement à la Bourse de New York, ce qui stimulera considérablement le secteur technologique en plein essor du continent.

La société, qui se positionne comme la première destination de magasinage en ligne en Afrique, a déclaré qu’elle serait la première entreprise de technologie africaine à s’inscrire sur un marché mondial majeur.

dans le annonce mardi, La société basée à Lagos a annoncé son intention de lever des fonds et de renforcer son profil international.

Bien que le calendrier de la cotation et du prix des actions ne soit pas encore confirmé, le PAPE pourrait voir Jumia céder jusqu'à 250 millions de dollars d'actions, avec une valorisation estimée à 1,6 milliard de dollars ou plus.

En décembre, Jumia était évalué à 1,6 milliard de dollars et les actions à environ 16,66 dollars.

Cette liste marque un grand moment pour le continent et son industrie technologique en plein essor, a déclaré à Okanagan Okaru, directeur des finances à la société de conseil West Africa Advisory.

«C’est l’une des principales bourses du monde et y être inscrite lui confère [Jumia] un profil beaucoup plus large, car pour être répertoriée, toute entreprise doit répondre à des exigences assez strictes. ”

«C’est bon pour l’Afrique et pour le secteur de la technologie.»

Depuis sa création par des entrepreneurs français il y a sept ans, Jumia est passée de son site d'origine au Nigeria à 14 autres pays africains, notamment le Kenya, la Tanzanie, le Maroc et la Côte d'Ivoire, et a élargi son marché en ligne via des filiales proposant des services de restauration, de et des voitures.

Parier sur l'Afrique

Jeremy Hodara, PDG de Jumia, a déclaré à African Business que, parallèlement à la montée en puissance d'Internet sur l'ensemble du continent, la société pouvait concurrencer ses homologues mondiaux comme Amazon et Alibaba, en Chine.

Le fait que les achats en Afrique ne soient pas associés aux rues commerçantes physiques signifie que les détaillants en ligne peuvent potentiellement accaparer une plus grande part du marché, il a dit.

"Le potentiel du commerce électronique en Afrique est bien supérieur à ce qu'il est dans n'importe quelle autre région du monde simplement parce qu'il n'y a pas d'alternative."

«Si vous êtes aux États-Unis, vous n’avez pas besoin d’Amazon; vous pouvez aller dans les magasins ou au centre commercial. Vous ne pourrez jamais avoir la densité de vente au détail physique en Afrique que vous avez aux États-Unis, parce que l'histoire joue différemment.

"L’Afrique aura progressivement plus de magasins, mais ceux-ci ne seront pas le principal moyen d’accéder aux biens."

Jeremy Hodara, PDG de Jumia

Hodara n'est pas le seul à parier que l'Afrique est un foyer de croissance et de talent technologique.

En 2016, Zuckerberg a investi des millions de dollars dans Andela, une société basée à Lagos qui forme des codeurs en Afrique.

Bosses sur la route

L’un des principaux défis des entreprises de commerce électronique opérant actuellement dans la région est l’infrastructure, car la livraison de marchandises aux personnes peut être difficile compte tenu de l’état des routes.

"Mais à mesure que l'infrastructure s'améliorera, l'ensemble de la chaîne de valeur sera beaucoup plus fluide", a déclaré Okaru.

L'évolution vers un système de paiement sans numéraire et l'essor des startups fintech, les investissements sectoriels, l'accès à Internet et la pénétration des smartphones et des téléphones mobiles sur le continent aident également les entreprises de commerce électronique à prospérer.

«Tandis que tout cela commence à imprégner la société dans la plupart des pays africains et que la confiance des gens dans le paiement par cartes de crédit, Paypal et autres plates-formes augmente, cela ne fera qu’aider les entreprises comme Jumia à accroître leurs activités.

«Les données démographiques sont également très attractives: une population très jeune et une classe de consommateurs émergente est en augmentation dans de nombreux pays africains.»

Une licorne est née

Depuis sa création par deux anciens consultants McKinsey en 2012, Jumia, champion d’Afrique du commerce électronique, a accumulé une gamme impressionnante de réalisations.

Après des investissements importants d'investisseurs comme AXA, Goldman Sachs, MTN, Orange et Rocket, elle est devenue en 2016 la première start-up du continent à être évaluée à plus d'un milliard de dollars.

Selon mardi dépôt avec la Securities and Exchange Commission des États-Unis, leurs activités ont considérablement augmenté pour atteindre 4 millions de consommateurs actifs en 2018, contre 2,7 millions de consommateurs actifs en 2017.

Reportage supplémentaire de Tom Collins